Habituées au confinement, les soeurs de l'Abbaye du Rivet à Auros donnent quelques conseils

La communauté cistercienne compte 14 moniales dans cette abbaye d'Auros près de Bazas en Gironde. L'éloignement de la vie moderne, c'est quelque chose qu'elles pratiquent au quotidien. Mais la fermeture du magasin implique encore moins de contacts avec l'extérieur, voire une perte de revenu.

Les 14 moniales de l'Abbaye du Rivet à Auros ont l'habitude du confinement.
Les 14 moniales de l'Abbaye du Rivet à Auros ont l'habitude du confinement. © P.Mondon
Plus de sorties... pour celles qui y étaient autorisées. Mais la solitude et le recueillement sont deux amis du quotidien pour ces soeurs qui ont choisi le retrait dans la prière et le travail au sein de cette communauté cistercienne girondine.

Et malgré l'épidémie de Covid-19 qui oblige bon nombre d'entre nous à rester confinés, à travailler selon des contraintes et à limiter les échanges humains, elles, vivent au jour le jour presque comme si de rien n'était.
 
© P.Mondon


Par exemple, elles poursuivent leur activité de poterie. Elles fabriquent des santons de terre, 250 par mois, destinés à une autre communauté en région parisienne.
 


Soeur Marie-Benoît Bernard s'est engagée définitivement dans cette vie monaccale depuis 2006. Pour elle, ce confinement n'est pas une épreuve :

Personnellement, je n'éprouve pas de stress. Même si j'ai conscience que ce qui se passe autour de nous est très grave.
Je suis habituée à vivre ma vie cloîtrée...
Je dirais que le confinement nous oblige à aller vers l'autre. Ça demande un travail sur soi.

Heureusement, il y a de l'espace. L'abbaye compte une quarantaine d'hectares de terre et le potager est l'une des activités auxquelles paryticipent les soeurs pour alimenter la communauté.
 

Agnés est une jeune postulante, elle travaille au jardin. Elle vit cette étape d'apprentissage avant le noviciat  pour une durée de deux ans. Elle semble relativiser:

On est comme une famille. Tout se fait ici. La lessive, la cuisine. On ne dépend pas tant que ça de l'extérieur On a de grands espaces, on peut aller marcher, respirer. Notre vie continue: la prière, le travail.
 

© P.Mondon


Des contraintes aussi pour l'Abbaye

Sur son site internet, l'Abbaye du Rivet explique en quoi consiste ce retrait du monde selon l'ordre cistercien :

Dans une communauté de type cistercien comme la nôtre, la moniale ne vit pas seule, mais elle est appelée à vivre la solitude avec d’autres, parmi d’autres. Vie de solitude avec d’autres afin que la densité du silence soit vécue dans la certitude de son habitation par le Seigneur, l’unique Parole.

Ce qui signifie qu'elles peuvent être en contact malgré le retrait.
 

La vie confinée à l'abbaye du Rivet en Gironde



Ici, les journées sont toujours rythmées par sept prières quotidiennes. Mais l'épidémie a contraint aussi ces soeurs à changer leurs habitudes:

Autant de changements qui auront sans doute, une incidence, aussi, sur l'état de leurs finances...
 
La mère supérieure Marie-Christine Vilmain.
La mère supérieure Marie-Christine Vilmain.
 

Une mise à l'épreuve ?

La Mère Marie-Christine Vilmain partage son sentiment sur l'air d'une chanson de Guy Béart : la folle espérance qui lui inspire son état d'esprit du moment:

Tout ce que nous voyons de beau depuis que cette pandémie fait son œuvre ne peut que nous tourner vers demain avec l’attente d’un nouveau monde, un monde plus humain, plus relationnel, plus fraternel, un monde où l’homme, la vie sont au centre.
(...)C’est bien de ce désir de vivre que témoignent tous les soignants qui se dépensent sans compter, qui donnent leur vie et c’est bien d’un amour de leurs frères, les hommes. Et pourtant, ils risquent eux-mêmes d’être atteints… et la peur peut les habiter.
(...)
Notre communauté porte tout cela dans la prière et l’espérance, cette espérance folle qui est à partager.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société religion coronavirus : conseils pratiques