Agression des élus : les maires du Sud-Gironde sont inquiets

Publié le Mis à jour le
Écrit par C.O avec Hélène Chauwin et Nicolas Pressigout
La mairie de Saint Macaire.
La mairie de Saint Macaire. © FTV

Un élu avait été agressé il y a un an à Rions. Mercredi 8 décembre, c’est le maire de Saint-Macaire dans le Sud de la Gironde qui a pris des coups. Ils alertent l’Etat sur le peu de moyens dont ils disposent pour faire face.

Cédric Gerbeau, le maire de Saint-Macaire a été violemment agressé le 8 décembre dernier par deux mineurs. Ce jour-là il intervient pour désamorcer une dispute entre voisins. Il tente d’apaiser les choses.
Il sera roué de coups et menacé de mort. En ITT (interruption temporaire de travail ) pour une semaine, c’est son premier adjoint qui le remplace à la mairie.
« C’est surprenant que cela prenne ces proportions-là. Après des difficultés de voisinage, des incivilités, il y en a un peu régulièrement dans ce secteur-là », explique Dominique Scaravetti. Il y a tout un tas de logements où des familles qui ont des difficultés sociales sont hébergées ». Le maire a porté plainte. Les deux mineurs aussi. Une enquête est en cours.

Dans le Sud-Gironde ce n’est pas la première fois qu’un élu est agressé. Il y a an, non loin de là à Rions, Patrick Mazzi conseiller municipal, a été violement bousculé par un jeune de 16 ans alors qu’il demandait à un groupe de jeunes de quitter le skate parc et de respecter le confinement.
« Moralement, pendant 6 à 8 mois, j’évitais d’intervenir sur les incivilités », dit-il aujourd’hui. « J’avais une appréhension. Maintenant cela va mieux ».

« On est complètement démuni » (maire de Rions )

Le nouveau maire de Rions, Vincent Joineau, a accepté de nous recevoir. Lui qui fait ses premiers pas en tant que maire le dit clairement : « On est complètement démuni ».
« Les réponses urgentes, on en a pas », poursuit l’élu.
« Nous, le seul choix qu’on ait fait, c’est la mise en place de caméras de surveillance qui seront installées la semaine prochaine. Mais cela ne résoudra pas tous les problèmes. Elles aideront la gendarmerie pour retracer le parcours d’actes délictueux. Mais la question, c’est qu’est-ce qu’on fait quand il y a beaucoup de personnes à la fois, dont des jeunes, sur un même endroit ? On n’a pas aujourd’hui les moyens financiers qui nous permettent d’encadrer ces jeunes-là qui veulent, et c’est tout à fait normal, bâtir des choses ensemble et vivre des expériences communes. Quand on est une petite commune, les moyens dont on dispose, les moyens juridiques et financiers, on ne les a pas. Et il est clair que chaque samedi, il y a 70 à 80 jeunes sur notre aire de jeux (skate-park et city stade). Ils viennent de toute la contrée depuis 40 km à la ronde et on n’a aucun moyen. L’Etat connaît la situation mais on manque clairement de moyens ».

Rurbanisation de la délinquance

Vincent Joineau essaie de prendre le territoire dans sa globalité. Sa commune se situe à 25km de Bordeaux.
Depuis plusieurs années, le Sud-Gironde voit arriver de nouveaux résidents travaillant souvent sur la Métropole bordelaise. Un phénomène qui touche bon nombre de campagnes girondines.
Et qui pose des questions, une fois les observations faites. « On a en même temps, les urbains qui viennent vivre à la campagne », constate-t-il. « Et on a aussi la rurbanisation de la délinquance puisqu’on a des logiques de territoires, d’une délinquance urbaine qui vient dans les campagnes. Et aujourd’hui on ne dispose pas des outils qui permettent de répondre à cette situation".

Les incivilités qu’on peut avoir aujourd’hui ne sont pas les mêmes qu’il y a vingt ans.

Vincent Joineau - maire de Riom -

France 3 Aquitaine

"Et de la même façon, les différents trafics qu’il y avait ne sont pas les mêmes qu’il y a 20 ans. Donc nous, avec nos petits bras d’élus locaux, on fait tout ce qu’on peut. Mais nous sommes clairement démunis et l’Etat ne nous aide pas".


Introduire une politique de la ville à la campagne ?

Le maire de Rions a bien conscience que ce n’est pas dans les mentalités.
« Il faut d’abord qu’on puisse avoir une politique de la ville à 25km ou 30km de Bordeaux », analyse l’élu. « C’est une nouvelle posture culturelle que de vouloir une politique de la ville dans le milieu rural. Ce n’est pas forcément évident pour les élus ruraux. Mais pourtant, la sociologie des territoires évoluant, il faut que les outils changent. Et cela nous donnerait plus de moyens pour travailler sur les territoires ». Le maire de Saint-Macaire demande qu'une police municipale soit mise en place sur la communauté de communes.

Changer de braquet sur le social

Un certain nombre de familles traversent des difficultés économiques dont pâtissent les jeunes de ces communes.
Alors pour Vincent Joineau, il faut « changer de braquet sur l’action sociale ». « Je pense qu’il faut être beaucoup plus dans la prévention », poursuit l’élu, « et beaucoup plus dans l’accompagnement socio-éducatif ».
« Et là on pêche. On pêche clairement, puisque les jeunes de maintenant ne sont pas les jeunes d’il y a vingt ans ou quarante ans. Ils sont beaucoup plus mobiles. Les smartphones font qu’aujourd’hui il y a une forme d’atomisation de ce que peut être la vie d’un jeune, et une forme de virtualisation aussi par les réseaux sociaux.
Il y a aussi quelque chose qu’on voit en lame de fond et pour laquelle nous sommes impuissants nous en tant qu’élu. C’est la réponse qu’on peut avoir par rapport à l’évolution du tissu familial étroitement liée aux difficultés économiques. Et là clairement, au quotidien, on essaie de faire au mieux quand il y a des jeunes qui viennent titiller les adultes. On essaie d’être là, d’être en réponse, d’être en accompagnement et on ne lâche rien".

Mais il faut qu’on aide les parents et les familles monoparentales. A certains endroits ils ont des difficultés. Et on essaie de les accompagner au mieux mais clairement aujourd’hui on manque de moyens.

Vincent Joineau - maire de Riom -

France 3 Aquitaine

L’agresseur de Patrick Mazzi devait être jugé en novembre dernier. Mais le procès a finalement été reporté à mars 2022. Quant à l’affaire visant le maire de Saint-Macaire, l’enquête est en cours. De nombreux élus girondins lui ont officiellement apporté leur soutien sur les réseaux sociaux.  

[extrait] Envie Dehors Frédéric cueille des plantes médicinales en Anjou ©Les Nouveaux Jours

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.