Les plats à base de cheval pour les démunis ? la Banque alimentaire de Gironde pose des conditions

Redistribuer aux associations caritatives des "produits qui ont connu un défaut d'étiquetage", c'est légal a rappelé le ministre de la Consommation Benoît Hamon. Aux associations de décider si elles l'acceptent. La Banque alimentaire de Bordeaux-Gironde pourrait dire oui. Sous certaines conditions. 

© Archives, F3
Sur le sujet, les associations sont partagées. La Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars) parle même d'une " discrimination alimentaire " envers les plus démunis. 
Alain Apostolo, le président de La Banque alimentaire de Bordeaux-Gironde, lui, n'a pas encore pris position. Il demande certaines garanties : 

La Banque alimentaire collecte chaque année 5 000 tonnes de denrées alimentaires qu'elle redistribue ensuite à des associations adhérentes. Bruxelles a décidé de baisser les aides alimentaires. L'assocaition girondine a anticipé et fait le plein de denrées pour les 2 prochaines années. Ses chambres froides sont remplies. Elle en loue d'autres à des professionnels pour un coût de 80 000 euros par an. Un coût  qu'elle vaudrait réduire. 






 






Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viande de cheval