Cet article date de plus de 4 ans

Mérignac : après l’évacuation de leur squat, une quinzaine de Roms bulgares dorment dans des tentes

Un groupe de Bulgares a été contraint, fin septembre, de quitter un squat qu’ils occupaient, avenue de l'Yser. Une quinzaine d’entre eux est actuellement toujours à la rue.
Ils sont une quinzaine de Roms Bulgares à dormir sous des tentes
Ils sont une quinzaine de Roms Bulgares à dormir sous des tentes © France 3 Aquitaine
Ils étaient une trentaine à occuper le squat qui leur servait de logement temporaire, cours de l’Yser. Deux semaines après l’évacuation, ils sont encore une quinzaine.

Parmi eux, un nombre important d’enfants.

Leur ancien squat, une salle de sport fermée et désertée depuis longtemps, avait dû être évacuée pour cause d’insalubrité.

Certains ont été relogés puisqu’il y a eu des propositions de relogement qui ont été faites à l’ensemble, et puis d’autres ont refusé.


Selon le maire de Mérignac, Alain Anziani, la barrière de la langue et la volonté de rester groupés rendent difficilement applicables certaines solutions d’hébergement proposées.

D'après lui, il y aurait environ 500 Roms présents sur l’ensemble de l’agglomération.

Vendredi dernier, une décision d’évacuation a été rendue par le juge. Certains membres du groupe initial sont déjà rentrés en Bulgarie.

Retrouvez notre reportage dans la vidéo ci-dessous : 
durée de la vidéo: 01 min 25
Mérignac : après l'évacuation de leur squat, une quinzaine de Roms bulgares dorment dans des tentes

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société roms