Grandes marées: de fortes vagues mais pas de dégâts

Le littoral de l'Atlantique a connu, dès les premières heures du jour vendredi, la première des grandes marées qui vont se succéder jusqu'à la fin mars, provoquant la curiosité de nombreux amoureux de la mer mais aucun dégât signalé.


Avec des coefficients de marée atteignant 116 (sur un maximum de 120), conjugués à des vents soufflant, dans l'ouest, à plus de 60 km/h en certains  points du littoral, la journée était redoutée dans plusieurs communes du bord de mer.

D'autant que Météo-France a placé en vigilance jaune vagues-submersion et crues la plupart des départements du littoral de la Manche et de l'Atlantique.



Ne voulant pas revivre les conséquences de la succession des tempêtes de l'hiver 2014, qui avait mis à mal de nombreuses communes littorales, provoquant érosion, effondrement de dunes et parfois un recul impressionnant du trait de côte, nombre d'entre elles ont multiplié les mesures préventives: sacs de sable, enrochements, rehaussement de digues...



A Biarritz, particulièrement touchée l'an dernier, un dispositif dit "de crise" a été mis en place, avec des dunes de sable, sur la Grande Plage notamment. Un mur de sacs de sable a également été installé pour protéger le casino municipal dont le rez-de-chaussée avait été inondé l'an dernier.

L'accès à certains sites à risque sensibles du front de mer est également limité. Des mesures similaires ont été prises à Anglet (Pyrénées-Atlantiques) ou Capbreton (Landes).

Rien d'alarmant


Selon Frédéric Boudeau, directeur de la Communauté de communes de la Pointe du Médoc qui englobe Soulac et Montalivet, deux  villes du littoral girondin particulièrement touchées l'an dernier et les années précédentes, la situation n'avait "rien d'alarmant".

Pour l'instant, la situation n'est pas menaçante mais bien évidemment on reste vigilant pour les prochaines grosses marées.


Si les vagues ont été fortes et si l'eau est déjà montée très haut vendredi matin, aucun dégât n'était signalé en fin de matinée par les préfectures ou les services de secours dans les départements concernés.

Au total, le coefficient des marées sera supérieur à 100 pendant quarante jours en 2015 sur le littoral français.