Cet article date de plus de 6 ans

500€ d'amende avec sursis pour le collectionneur d'armes

Sa passion depuis 30 ans pour les armes des deux dernières guerres mondiales l'a quelque peu dépassé : il continuait à en acheter auprès d'antiquaires ou dans les vides-greniers mais sans les déclarer. Il a même acquis certaines armes réservées seulement à la Défense Nationale. 

Un engouement quasiment addictif pour la question militaire...

Une passion qu'on nomme la militaria. Ce collectionneur de 50 ans est passionné depuis tout jeune par les armes, costumes, casques, documents et autres objets militaires. Ses grands-pères, son père et ses oncles l'ont bercé de récits de leurs participations aux faits de guerre. Il en a gardé une véritable passion jusqu'à avoir, dans la maison de sa mère au Palais-sur-Vienne et dans son appartement à Limoges, un petit musée privé : mannequins-soldats, grenades neutralisées en vitrine, casques, cantines etc. 

Mais une situation illégale

Pas moins de 80 armes de toute nature, en excellent état de marche et racontant toutes une histoire liées aux dernières guerres mondiales, ont été trouvées par les services de police à l'occasion d'une enquête concernant le fils du propriétaire. 60 étaient illégales pour avoir soit été acquises alors qu'elles étaient de catégorie A donc réservées seulement à la Défense Nationale, soit parce qu'elles n'étaient pas déclarées.

Mais ce n'est pas un excité de la gachette qui comparaissait aujourd'hui devant le Tribunal Correctionnel. Seulement un homme passionné quelque peu dépassé par son engouement compulsif. Il a été condamné pour la surprenante négligence dont il a fait preuve en tant que spécialiste de la question, par ailleurs membre d'un centre de tir.

Le Tribunal l'a condamné à 500€ d'amende avec sursis. L'ensemble des 60 armes illégales lui a été confisqué. Le Musée de la Résistance et les services de police eux-mêmes ont fait savoir aux services judiciaires qu'ils étaient intéressés pour les récupérer.

Reportage avec
Marie-Christine Dugeny-Truffit, Avocate au Barreau de Limoges
Isabelle Rio, Journaliste


durée de la vidéo: 01 min 46
VIDEO : condamnation d'un collectionneur d'armes

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice archives