• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

75e anniversaire des massacres de Tulle et d’Oradour – Épisode #1 : le D-Day

Le débarquement des forces alliées en Normandie, le 6 juin 1944. / © INA
Le débarquement des forces alliées en Normandie, le 6 juin 1944. / © INA

A l'occasion du 75e anniversaire des massacres de Tulle et d'Oradour-sur-Glane, France 3 Nouvelle-Aquitaine vous propose une série d'articles consacrés à la Das Reich, la division SS qui va commettre plusieurs exactions sur son parcours du sud de la France à la Normandie. #1 : Le 6 juin 1944.

Par Bernard Gouley (avec H.A) - France 3 Nouvelle-Aquitaine

À l’aube du 6 juin 1944, une armada de navires approchent des côtes normandes.  156.000 soldats, principalement Américains, Anglais, Canadiens, s’apprêtent à débarquer en Normandie. Parmi eux, les 177 français du commando Kieffer. Le débarquement provoquera la mise en route de la division Das Reich.

Le jour J

Les alliés débarquent sur cinq plages désignées Gold, Juno, Sword, Omaha et Utah. Cette action militaire hors norme  libère la, mais elle permet surtout d’ouvrir un second front contre les Allemands. Le premier, à l’est,  est l’affaire des Soviétiques. La finalité est de les prendre en tenaille. Ce sera chose faite à partir de janvier 1945 où les combats se dérouleront en Allemagne même.

L’état-major allemand savait que les alliés poseraient pied un jour sur les côtes françaises mais c’est le lieu qui restait inconnu. Les services secrets britanniques, doués pour brouiller les pistes avaient laissé entendre depuis 1943 que le débarquement aurait lieu du côté du Pas-de-Calais. Conséquence : l’armée allemande a concentré ses forces dans le nord de la France jusqu’au Pays-Bas. Seconde conséquence : les troupes basées en Normandie sont soit des hommes âgés, peu performants ou au contraire des très jeunes sans beaucoup d’expérience.


Lorsque les navires alliés approchent des côtes, l’effet de surprise est total côté allemand : la météo depuis plusieurs affichait pluies et vents donc peu favorable à un débarquement selon l’analyse de l’état-major allemand. Une éclaircie et une mer calme étaient prévus le 6 juin mais cette information n’était connue que des alliés grâce à leur station météo basée dans l’Atlantique. Les soldats de la Wehrmacht sont dans les premières heures désemparés par ce déferlement d’hommes sur les plages.
 

Mais à Omaha Beach, l’une des quatre plages situées dans le Cotentin, les Américains ont rencontré de sérieuses difficultés. Quand la première vague de combattants a foulé le sable à 6h35, la mer était basse. Cela a obligé les hommes à courir 500 mètres à découvert avant de pouvoir se mettre à l’abri. A 7h du matin, 58 chars américains débarquent sur la plage. A la fin de la journée, il n’en reste que trois. Omaha Beach portera le nom de Omaha la sanglante.

Le Débarquement à l’issu de cette première journée est une "réussite" pour les alliés même si le bilan est lourd : 11 000 tués ou disparus.

Ce 6 juin, toutes les forces allemandes présentes sur le territoire français ont ordre de rejoindre le front en Normandie. A plus de 700 kilomètres, à Montauban, apprenant la nouvelle du Débarquement, la division Das Reich reçoit l’ordre de se mettre en route et de rejoindre la Normandie.


 
A suivre : 
2 - La Das Reich
3 - L’épopée sanglante 
4 - Les 99 pendus de Tulle
 

Oradour-sur-Glane

A découvrir sur •3NoA, à partir du 10 juin 2019, à l'occasion du 75e anniversaire du massacre, "Robert Hébras, le dernier d'Oradour" un magazine de 30 minutes consacré à cet homme qui, aujourd'hui, est le seul survivant du massacre encore en vie. Agé de 93 ans, il a refait pour nous le chemin de sa maison à la grange Laudy. Il nous confie ses souvenirs, son émotion et partage une dernière fois avec nous, son devoir de mémoire. Conception : Franck Petit et André Abalo.

Diffusions : 
- samedi 08/06 à 18h25 et 3h25
- dimanche 09/06 à 10h10
- lundi 10/06 à 17h05
- mercredi 12/06 à 9h25

 REPLAY
"Robert Hébras, le dernier d'Oradour", un documentaire inédit sur le survivant du massacre
Robert Hébras, est aujourd'hui le dernier survivant du massacre d'Oradour-sur-Glane du 10 juin 1944. A l'occasion du 75e anniversaire de la tragédie, France 3 Nouvelle-Aquitaine l'a accompagné, une dernière fois, dans les rues du village martyr. Une production •3NoA.  - •3NoA / mai 2019 - Un document de Franck Petit et André Abalo

► Nos contenus sur le massacre d'Oradour-sur-Glane

 
N'oubliez pas de mettre NoA dans vos chaînes favorites et en raccourci direct sur votre smartphone !
N'oubliez pas de mettre NoA dans vos chaînes favorites et en raccourci direct sur votre smartphone !

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pascal Béquaud, éleveur canin et éducateur

Les + Lus