Kayak en période de confinement : un moment d’évasion autorisé

Certains sports en plein air restent autorisés pendant cette 3ème période de confinement pour les adultes. Les licenciés du club de Kayak d’Aixe-Sur-Vienne en profitent chaque semaine. 

En plein effort dans une vague !
En plein effort dans une vague ! © Franck Petit

Bien sûr, il y a quelques inconvénients. Puisque les vestiaires ne doivent plus être utilisés jusqu’à nouvel ordre pour respecter le protocole sanitaire, les kayakistes doivent enfiler leur combinaison, leur vêtement étanche ainsi que la jupe qui se fixe sur leur bateau à l’extérieur. Mais puisqu’il y a une solution à tout, certains arrivent déjà tout équipés. 

10 à 15 mineurs ou adultes participent aux séances organisées chaque samedi après-midi. Pour Claire, c’est “une bouffée d’air et d’eau, un véritable soulagement. On s’immerge dans la nature, on part dans un autre univers, on relâche toutes les tensions d'une semaine de confinement". 

Comme tous ces sportifs ne veulent pas qu’on leur enlève cette petite parenthèse de liberté, ils respectent le protocole sanitaire à la lettre. Ils s’inscrivent au préalable sur internet. Les mineurs arrivent à 13h30 et les adultes à 14h00 afin que les deux groupes ne se croisent pas. Chacun se désinfecte les mains et se note sur un registre. Ils récupèrent le matériel de navigation en respectant un sens de circulation à l’intérieur des locaux. Le masque doit être porté même à l'extérieur du club. Quant aux bateaux, ils sont désinfectés et attribués toujours à la même personne.  

 

Sur la rivière 

Quand le niveau d’eau n’est pas suffisant pour partir du club, les kayakistes empruntent un camion que les conduit en aval de la Vienne, au lieu-dit “le moulin de la Mie”. Dans ce camion, ils doivent être masqués et pas plus de 6. 

Une fois toutes ces contraintes passées, on enlève le masque et en route pour la liberté. Les adultes prennent généralement le temps de profiter de la rivière. En ce moment, le printemps arrive progressivement et le niveau d’eau est encore important. Entre les petits passages rapides, les plus aguerris surfent sur les vaguelettes, s’entraînent à "faire des stops” dans les contres courants ou à traverser la rivière.  

Le groupe des plus jeunes file généralement directement au Daumail. Tout près de ce moulin privé où le courant est important, un parcours de slalom a été installé. Mais c’est surtout la grosse vague dans laquelle on peut faire des acrobaties qui est amusante et occasionne parfois quelques retournements de bateaux. 

Bref un vrai moment d’évasion autorisé officiellement par le ministère des sports. Pour l’anecdote, les kayakistes mouillés à la fin de la séance ne sont pas obligés de se changer dans le froid. La plupart repart avec une serviette sur le siège de la voiture !  

Sur le parcours de slalom du Daumail
Sur le parcours de slalom du Daumail © Emmanuel Denanot

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
canoë-kayak sport covid-19 santé société