Charlie Hebdo : la nouvelle "Maison du dessin de presse" sera-t-elle basée à Saint-Just-le-Martel ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Noëlle Vaille

5 ans après l'attentat de Charlie Hebdo, le ministre de la Culture a annoncé mardi 7 janvier 2020 la création d'une maison du dessin de presse et du dessin satirique. Ce lieu pourrait-il être le Centre international de la caricature de Saint-Just-le-Martel près de Limoges ?

Mardi 7 janvier 2020, lors de l’hommage aux victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo, le ministre de la Culture Franck Riester a annoncé la création d’une maison du dessin de presse et du dessin satirique :
J’ai la conviction que nous avons besoin aujourd’hui d’un lieu de rencontre, de formation et d’exposition dédié au dessin de presse et au dessin satirique comme l’avait souhaité Georges Wolinski, a déclaré le ministre. Un lieu d’expression, libre, où on explique, où on montre. Un lieu répondant à une grande exigence scientifique, ouvert sur le monde, embrassant les enjeux de demain pour le dessin de presse, mettant en lumière ses créateurs.

Ce projet, soucieux de défendre le dessin de presse dans un contexte de " menaces récurrentes qui pèsent sur les journalistes", a été confié à Vincent Monadé, le président du Centre National du Livre (CNL). Ce dernier a pour mission, avant fin mai 2020 de présenter des « propositions permettant à la France de se doter de ce lieu unique et singulier ».

La Maison existe déjà

Problème, ce « lieu unique et singulier » existe déjà.

A Saint-Just-le-Martel, en Haute-Vienne, depuis 2010, le Centre international de la caricature, du dessin de presse et d’humour est situé 7 route du château d’eau…
Ce lieu accueille chaque année des milliers de visiteurs grâce à son Salon International de la caricature, du dessin de presse et d’humour qui depuis plus de 30 ans invitent les dessinateurs et caricaturistes du monde entier.
Parmi les « habitués » qui ont contribué à la renommée du Salon, on trouve Cabu, Plantu, Mofrey, Wiaz, Loup et… Wolinski.
En avril 2015, après l’assassinat du dessinateur, sa veuve Maryse Wolinski avait offert le bureau de Wolinski, permettant ainsi au centre de reconstituer l’espace de travail du caricaturiste.

On ne comprend pas qu'un ministre de la Culture ait de telle lacune et ignore l'existance de notre Centre, réagit Philippe Henry, co-président du Centre International de la caricature de Saint-Just.

D'autant qu'on a eu récemment (le 14 novembre 2019) des visiteurs de l'Etat... La ministre déléguée à l'intelligence économique est venue à Saint-Just visiter le centre. Ils ne doivent pas communiquer entre eux.

Très surprise par cette annonce (et deux doigts d'être vexée), l'équipe du Centre international de Saint-Just ne compte pas en rester là.

Elle pourra compter sur le soutien du président de la région Nouvelle-Aquitaine. De passage à Limoges, mercredi 8 janvier, à l'occasion de ses voeux  Alain Rousset a rappelé l'importance du salon de Saint-Just dont l'attractivité dépasse largement les frontières de la région. Il se dit confiant dans le savoir-faire, l'accueil et l'expérience de l'équipe de Saint-Just et est prêt à défendre la candidature limousine. 
 
Réaction du président de la région Nouvelle-Aquitaine


Contacté par téléphone, le service communication du ministère de la Culture n’a pas pu fournir plus d’information.
Il semblait ignoré l’existence du centre haut-viennois…


 
Un concurrent potentiel...
A Lyon, la mairie du 4e arrondissement organise depuis 2 ans un salon avec les plus grands dessinateurs de presse français. « Les Rencontres du dessin de presse de Lyon » est le premier festival du genre en Rhône-Alpes.