Élections départementales et régionales : les membres des bureaux de vote prioritaires pour la vaccination

La publication d'une circulaire du Ministère de l’Intérieur aux maires précisant la priorité à la vaccination sera-t-elle efficace pour obtenir un nombre suffisant d'assesseurs dans les bureaux de vote ? Eléments de réponse en Haute-Vienne

Les dates de scrutin ont été décalées au 20 et 27 juin
Les dates de scrutin ont été décalées au 20 et 27 juin © France 3 Limousin

Mercredi 2 avril, le gouvernement a demandé aux préfectures d'organiser, par les communes, le ‘’recensement’’ des personnes amenées à s'occuper des bureaux de votes, pour permettre leur vaccination prioritaire.

Pour les dates de scrutin des 20 et 27 juin, le Ministère de l’Intérieur indique que les personnes âgées de 50 ans et plus "seront en mesure d’avoir bénéficié à minima d’une première injection’’. Il en déduit que "c’est dans cette catégorie de personnes que devront en priorité être recherchés les membres des bureaux de vote’’. Cela concerne aussi bien les présidents, que les secrétaires, les assesseurs des bureaux de vote et les personnels municipaux au contact du public ces jours-là.

‘’C’est un dispositif que nous mettons en place actuellement’’, confirme Sébastien Brach, directeur du cabinet du préfet de Haute-Vienne, ‘’et nous cherchons à recenser le nombre de personnes qu’il conviendra de vacciner afin d’établir à l‘échelle de l’intercommunalité des lignes de vaccination dédiées pour ce personnel et que les deux vaccinations aient lieues avant le premier tour.’’

En Haute-Vienne, ces élections nécessitent la participation de 3 000 personnes dans les bureaux de vote
En Haute-Vienne, ces élections nécessitent la participation de 3 000 personnes dans les bureaux de vote © France 3 Limousin

COMMENT CONSTITUER LES ÉQUIPES DES BUREAUX DE VOTE ?

En Haute-Vienne, cela représente près de 3 000 personnes, même si certaines ont déjà reçues une première injection. Une question demeure pour la constitution de ces équipes. Qui dit double élection, dit double bureau. Si les présidents et secrétaires pourront être ‘’mutualisés’’ sur deux bureaux, ce n’est pas le cas des assesseurs. À Limoges par exemple, trouver les quelques 700 personnes nécessaires pour ces deux week-ends est un vrai casse-tête, comme l’indique Charlotte Breuilh, cheffe du service du pôle élections à la mairie de Limoges : ‘’Nous n’avons pas encore finaliser les bureaux de vote, il nous manque 20 à 30 % des personnes. Nous sommes en mesure de fournir une première liste, mais elle ne sera pas complète parce qu’on a pas les noms de toutes les personnes. Et avec le décalage d’une semaine en plus,  on a des personnes qui ne sont plus disponibles.’’

Nous n’avons pas encore finaliser les bureaux de vote, il nous manque 20 à 30 % des personnes

Charlotte Breuilh, cheffe du service pôle élections à la mairie de Limoges

Le ministère demande donc aux communes d'identifier les membres des bureaux de vote non encore vaccinés et ne faisant pas partie de la catégorie d'âge des + de 50 ans. Objectif : leur remettre ‘’sans délai, une attestation de priorité d'accès à la vaccination’’. Ces personnes pourront alors ‘’prendre un rendez-vous en centre de vaccination’’, précisent les recommandations de la circulaire. Demeurent les membres du bureau de vote qui n'auront pas pu être vaccinés avant le scrutin. Ils devront réaliser un test PCR, antigénique ou autotest, ‘’dans les 48H précédant le scrutin’’.

ET QUID DE L’ORGANISATION LE JOUR J ?

La circulaire détaille les autres règles sanitaires comme la possibilité d'étendre les horaires des bureaux de vote de 8H00 à 20H00 ‘’en fonction des circonstances locales’’, l'application stricte des ''mesures barrières'' lors du vote et du dépouillement avec notamment une mise à disposition ‘’d'équipements de protection adaptés’’ pour les électeurs n'en disposant pas mais aussi la facilitation du vote par procuration.

La circulation dans les bureaux de vote, une question cruciale pour beaucoup de communes
La circulation dans les bureaux de vote, une question cruciale pour beaucoup de communes © France 3 Limousin

Dans les petites communes, comme à Condat-sur-Vienne en Haute-Vienne, c’est l’organisation matérielle qui posait question. Émilie Rabeteau, maire de la commune, se confie : ‘’ On s’interrogeait beaucoup et nous avons reçu un document de vingt pages qui nous éclaire sur les procédures à suivre et les questions que l’on pouvait avoir : on  pourra séparer les espaces avec des barrières au milieu pour avoir deux bureaux de vote (départemental et régional) dans une même salle. Ce qu’il faut, c’est séparer les axes de circulation, car on n’a pas des salles extensibles. On conserve également les mêmes salles car on ne peut communiquer au dernier moment sur des changements, les gens ont leurs habitudes, ils vont toujours au même bureau de vote. ’’

LE RECRUTEMENT D’ASSESSEURS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

On lance aujourd’hui une campagne de recrutement d’assesseurs sur facebook

Emilie Rabeteau, maire de Condat-sur-Vienne

L'initiative de la mairie de Condat-sur-Vienne : un appel aux bonnes volontés sur les réseaux sociaux
L'initiative de la mairie de Condat-sur-Vienne : un appel aux bonnes volontés sur les réseaux sociaux © Mairie de Condat-sur-Vienne

Quand au personnel obligatoire pour tenir les bureaux de vote, madame le maire rassure : ‘’On va parvenir à trouver les 80 personnes nécessaires, il y a déjà 20 agents municipaux mobilisés pour le secrétariat, il nous faut en tout 60 bénévoles, dont une partie des 29 élus de la mairie se portera volontaire. Malgré tout, on lance aujourd’hui une campagne de recrutement d’assesseurs sur facebook car il nous faut prévoir des remplaçants eu égard aux conditions et incertitudes sanitaires.’’

Pour rappel, si vous n’êtes pas encore inscrit sur les listes électorales de votre commune, vous avez jusqu’au 14 Mai 2021 pour le faire. Par ailleurs, le ministère de l’Intérieur recommande aux mairies de privilégier le vote par procuration. 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales politique élections élections régionales vaccins - covid-19 santé société