Enquête de l'UFC-Que Choisir sur l'accès à un EHPAD en France : le Limousin plutôt bien loti

Publié le
Écrit par Isabelle Rio

La dernière enquête de l'UFC-Que Choisir porte sur la disparité géographique de l'accès à un EHPAD pour une personne âgée de plus de 75 ans selon son département. Si en Limousin, la moyenne sur les trois départements fait ressortir un accès de 160 places pour 1000 demandes, en Haute-Vienne cet accès n'est que de 87 places.

D'après une enquête de l'UFC-Que Choisir publiée ce 17 mai 2022, il existe en France une offre de 102 places en établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) pour 1 000 personnes âgées de plus de 75 ans susceptibles d'en faire la demande.

Selon l'étude, cette moyenne nationale cache de fortes disparités. Le nombre de places peut varier du simple au quadruple selon les départements.

Dans les trois départements limousins, la moyenne serait de 160 places, ce qui assure une meilleure prise en charge des personnes âgées dépendantes. Mais c'est en Haute-Vienne que le bât blesse, avec seulement 87 places pour 1 000 personnes âgées de plus 75 ans, soit une offre de 3 955 places au total

Pour Alain PRAUD, administrateur national et animateur de la commission commerce et services à l'UFC-Que Choisir "au global, les places en EHPAD dans le département ne sont en mesure de répondre qu’à 44 % de la demande potentielle de l’ensemble des personnes dépendantes, contre 47 % à l’échelle nationale".

L'étude souligne en revanche que sur dix personnes âgées très dépendantes d'un établissement médicalisé spécialisé, sept bénéficient actuellement d’une place en établissement en Haute-Vienne.

De fortes disparités également dans les tarifs

L’analyse des tarifs par l'UFC-Que Choisir révèle par ailleurs que le coût moyen d’une place en EHPAD est de 2214 € par mois. Mais là aussi, l'étude constate de fortes inégalités entre départements. 

Compte tenu des aides versées, le reste à charge peut doubler voire tripler selon son département. 

Selon l'association de consommateurs, les résidents français doivent piocher 416 € par mois en moyenne dans leur épargne pour payer leur place. Mais ce chiffre s’envole dans de nombreux départements, comme en région parisienne (1118 € en Seine-Saint-Denis) et sur la côte méditerranéenne (836 € dans les Alpes-Maritimes).

En Haute-Viennele coût moyen d’une place est de 1943 € par mois. A titre de comparaison, le prix moyen des places dans les départements limitrophes est de 2019 € et en France à 2 214 € par mois.

"En confrontant le prix moyen des EHPAD dans le département au niveau de vie de ses habitants, on peut estimer qu’en moyenne les résidents doivent piocher 189 € par mois dans leurs économies, contre 416 € à l’échelle nationale"  ajoute Alain Praud.

Les EHPAD publics départementaux affichent un prix moyen de 1925 €, les EHPAD associatifs un prix moyen de 1843 €, quand il dépasse les 3000€ pour les EHPAD privés. Ce sont bien les structures privées qui élèvent la moyenne, étant précisé qu'ils disposent de 3 % du total des places proposées ici en Haute-Vienne, contre 23% sur le territoire national.

Dans l'imaginaire collectif, ce tarif plus élevé se justifie par la meilleure qualité des prestations : un plus joli cadre, une restauration plus soignée, davantage d'animations, une présence plus marquée par un personnel plus nombreux...

Or, les chiffres sont là : le taux national d’encadrement des résidents est de 55,6 % dans les structures privées contre 68,1 % dans les structures publiques, pour 100 résidents (Source Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques)

Les révélations du journaliste Victor Castanet dans son livre-enquête "Les Fossoyeurs" sur les coulisses du groupe Orpea, leader mondial des Ehpad et des cliniques privées, ont par ailleurs été largement reprises dans l'actualité et choqué la population autant que les élus. Le récent rapport de l’Inspection générale des Finances et de l’Inspection générale des affaires sociales ne manque pas non plus de souligner les situations de maltraitance vécues par les résidents et le personnel encadrant. Une maltraitance par défaillances, dysfonctionnements ou stratégie, qui finit par être institutionnalisée "avec l’implicite et blanc-seing des autorités publiques, puisqu'il y a peu de contrôles des établissements et surtout une volonté de favoriser le développement des établissements privés pour éviter de lourds investissements publics" poursuit Alain Praud.

Les résidents des EHPAD publics sont davantage en mesure de bénéficier des aides sociales départementales, que ceux des EHPAD privés, notamment l’Aide sociale à l’hébergement (ASH).  Reste que pour construire un EHPAD public, ce sont des investissements considérables. Le dernier ici à Limoges a été inauguré le 17 mars 2022, dans le quartier de la Bastide. Il propose 120 lits sur deux étages. Coût de l'opération 15 millions d’euros. Le département le rappelle, il faudrait 500 lits de plus en Haute-Vienne aujourd’hui. 

L’association UFC-Que Choisir de Haute-Vienne demande que les EHPAD privés aient tous l’obligation de proposer un nombre suffisant de places éligibles à l’Aide sociale à l’hébergement, ainsi qu'un plafonnement des évolutions tarifaires des EHPAD privés.

L'association de consommateurs demande également une représentation des associations agréées en santé dans les Conseils de vie sociale des EHPAD, pour veiller au bien-être des résidents et plaide pour la création d'un "bouclier dépendance" qui serait financé par la solidarité nationale.