Fermeture d'une boutique de couture près de Limoges : "Le premier jour, j’ai pleuré", raconte la commerçante

Vingt ans après l’ouverture de sa boutique de couture à Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne) Bernadette doit fermer. Un pincement au cœur pour la commerçante mais aussi pour ses clients qui s’inquiètent de la perte de vitalité de la ville.
Bernadette écoule son stock de bijoux, de châles et de chapeaux avant Noël.
Bernadette écoule son stock de bijoux, de châles et de chapeaux avant Noël. © France Télévisions
Rue de la fraternité, à Saint-Léonard-de-Noblat, en Haute-Vienne, se trouve la boutique de couture et de petites confections de Bernadette Chapoulaud. Ouvert en 1998, le magasin est rapidement devenu son paradis. Mais après une interruption forcée de 3 ans, en raison d’une maladie, le rideau va définitivement tomber. La caisse d'assurance maladie a tranché : à 61 ans, et malgré la perspective d'un revenu minuscule, la commerçante doit prendre sa retraite. "Quand je suis revenue dans la boutique pour remettre de l’ordre, faire du ménage et préparer la liquidation, le premier jour, je me suis assise au milieu de la boutique et j’ai pleuré", raconte-t-elle, la gorge nouée.

Et tandis qu’elle liquide son stock de chapeaux, de châles et de bijoux, les clients, devenus, au fil des ans, pour la plupart, des amis, regrettent cet arrêt. C’est le cas de Dédé, un client fidèle : "Ça me fait bizarre, il y a de moins en moins de petits commerces et c’est dommage que ça s’arrête".

Ça me fait mal au cœur, étant native de Saint-Léonard, j’aimerais que les boutiques rouvrent, qu’il y ait des artisans qui s’installent

Christiane, venue faire des achats

 
Fermeture d'une boutique de couture près de Limoges ©France Télévisions
Malgré la crainte de ses habitants, Saint-Léonard-de-Noblat ne se dépeuple pas tant de ses commerçants, d’après Carole Pages, présidente de l'association des commerçants de la commune. "Pour l’instant les boutiques fermées sont des départs à la retraite qui attendent des repreneurs qui potentiellement ce sont fait connaître mais qui ont mis en standby leur proposition du fait du contexte difficile, explique-t-elle. Les commerçants sont dynamiques et les clients sont fidèles, ils sont là quoiqu’il arrive, on y croit !"

Bernadette elle, fermera juste avant Noël. Trois semaines pour dire au-revoir et faire de sa rue de la Fraternité celle de l'amitié.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société social économie