La grande histoire des chaussettes Broussaud

Aymeric Broussaud, actuel directeur de l'usine dans laquelle il a grandi / © Franck Petit
Aymeric Broussaud, actuel directeur de l'usine dans laquelle il a grandi / © Franck Petit

En 1938, un jeune limougeaud visionnaire pense que la chaussette est un produit d’avenir. En 79 ans, l’entreprise a connu bien des tourments. Mais elle est encore là.

Par Franck Petit

L’histoire commence par un mariage, celui d’Henry Broussaud avec la fille de l’épicier du village des Cars, à  25 kilomètre de Limoges.

Plein d’idées et d’ambition, le jeune homme pense que la chaussette est un produit d’avenir. Il achète des machines Bentley en Grande Bretagne et les ramène en Limousin. En 1938, Il crée son entreprise. Elle a compté jusqu’à 200 salariés.

Dans les années 80, son fils prend le relai. Il souhaitait devenir médecin et n’est pas réellement passionné par la carrière qui s’offre à lui. Il doit en outre faire face à de nombreuses difficultés comme la montée en puissance de la grande distribution qui impose sa loi et finit par mettre l’entreprise en difficulté.

En 2006, les chaussettes Broussaud sont mises en liquidation judiciaire. Les machines reprennent du service seulement quelques mois après grâce à un homme d’affaire philanthrope qui réinjecte des fonds. 40 salariés sont réembauchés. Alzain Berest est aujourd’hui le président de Broussaud.

Et depuis cette époque, tout va bien pour la petite entreprise, dirigée par Aymeric, le petit fils du fondateur.

Les chaussettes Broussaud s’intéressent à des marchés de niche, et le chanteur Stromae leur a même confié la fabrication de celles qu’il porte sur scène.

Saga familiaile chaussettes Broussaud
Dans le petit village des Cars, en Haute-Vienne, on fabrique des chaussettes depuis 3 générations. L'entreprise est née en 1938. Elle a connu bien des tourments, mais continue à fabriquer des chaussettes made in Limousin et se porte bien. - F3 Limousin - Franck Petit, Romain Burot, Sébastien Passerlergue

 

Sur le même sujet

Haute-Vienne : les arboriculteurs cherchent des saisonniers pour la récolte des pommes

Les + Lus