Grippe aviaire : en Haute-Vienne, la Confédération Paysanne appelle à la désobéissance

durée de la vidéo : 00h01mn37s
En Haute-Vienne, la Confédération Paysanne appelle à la désobéissance. ©FTV

Les volailles de plein air doivent de nouveau être confinées partout en France depuis le 10 novembre dernier. Une décision du gouvernement qui met en colère bon nombre d'éleveurs, notamment en Haute-Vienne. La Confédération Paysanne veut soutenir ceux qui ne respecteraient pas le confinement des volailles.

Depuis le 10 novembre dernier, les éleveurs doivent confiner leurs volailles. Une décision du gouvernement non acceptée par tous les éleveurs, dans un département qui en compte près de 200. Près de Pageas en Haute-Vienne, certains sont hors la loi. Le dernier cas de grippe aviaire dans ce département remonte à avril 2022

Une volonté de satisfaire les consommateurs

Benjamin Foucaut a 800 poules pondeuses d’œufs bio. Pour lui, hors de question d'obéir à la décision du gouvernement. Alors, il a décidé de ne pas confiner ses volailles.

"Je suis hors la loi, car mes volailles sont dehors, mais en même temps moi, j'ai fait ce métier depuis quasiment 10 ans avec une volonté de fournir aux consommateurs des œufs avec des poules en plein air, parce que j'aime ce métier et je ne me vois pas enfermer des volailles toute l'année pour dire aux clients que ce sont de bons produits", explique Benjamin Foucaut.

Quid de la mention "élevé en plein air" ?

Pour Benjamin Foucaut, depuis quatre ans, les confinements à répétition font qu'il n'y a plus d’œufs de plein air. Pour lui, la grande distribution ment aux consommateurs... 

Ce dernier explique que "dans les supermarchés ou partout où vous voyez des œufs estampillés plein air et bien en fait, via les lois, on n'a plus le droit d'ouvrir nos volailles à l'extérieur".

D'autres mesures ? 

La Confédération Paysanne, qui regroupe une quinzaine d'éleveurs sur les 200 que compte la Haute-Vienne, prône des zones d'élevages moins denses ainsi que la limitation du transport de volailles.

"Il faut absolument limiter le transport des volailles de zones contaminées vers des zones indemnes. Le transport des animaux, c'est l'une des clés du maintien de certaines zones en statut indemne de grippe aviaire", souligne Julien Roujolle, secrétaire de la Confédération Paysanne (87)

Comme d'autres syndicats agricoles, la Confédération Paysanne appelle à la désobéissance et annonce qu'elle soutiendra juridiquement ses éleveurs qui maintiendront leurs élevages de volailles en plein air.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité