La recherche contre le cancer s'étend en Haute-Vienne

Orano Med, la branche médicale de l'ex-Areva, augmente sa capacité de fabrication de Plomb-212, qui permet de lutter contre des cancers aux options thérapeutiques limitées.
Le laboratoire Maurice Tubiana est dédié à l’"alphathérapie ciblée".
Le laboratoire Maurice Tubiana est dédié à l’"alphathérapie ciblée". © André Abalo

Un bâtiment tout neuf et tout rouge est sorti de terre sur le site de l'ex Aréva à Bessines-sur-Gartempe. C'est une extension du laboratoire Maurice Tubiana, du nom du célèbre cancérologue décédé en 2013, dédiée à l’ "alphathérapie ciblée".

Plomb-212

Concrètement, il s’agit de cibler des cellules cancéreuses et de les détruire, tout en limitant l’impact du traitement sur les tissus sains. Pour cela, on utilise du Plomb-212. C’est cet isotope du plomb que l’on fabrique à Bessines à partir de nitrate de Thorium, un élément qui provient des activités minières du groupe Orano.

Le Plomb-212 est fabriqué par dissolution du nitrate de Thorium.
Le Plomb-212 est fabriqué par dissolution du nitrate de Thorium. © André Abalo

Selon Thomas Priem, le responsable laboratoire, l’extension des bâtiments existants a un rôle important : "Ces locaux nous permettent de mettre en œuvre différents postes d’optimisation du procédé, dans le but d’atteindre un procédé performant et répétable, que nous allons dupliquer sur l’ensemble de nos unités de production."

Préparer l'avenir

L’enjeu est donc de préparer l’avenir, pour finalement mettre le médicament à la disposition des patients.

Julien Dodet, président d’Orano Med, explique : "Cette extension nous permet d’augmenter les capacités de production et de préparer les étapes qui viennent : les essais thérapeutiques et la commercialisation." Quand le traitement sera-t-il disponible ? "On espère être capables de commercialiser ce traitement dans la deuxième moitié de la décennie."

durée de la vidéo: 00 min 25
Interview Julien Dodet, président Orano Med

Vers un site de production ?

On connaîtra dans les prochains mois l’emplacement du futur site de production du médicament.

Il pourrait s’installer à Bessines : selon la maire André Brouille, cela représente un investissement de 80 millions d’euros pour 50 emplois.

Mais la commune haut-viennoise a de la concurrence : Caen et Lyon sont aussi des villes candidates.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
recherche sciences santé société économie