Le petit coin de paradis de Claude Brumachon et Benjamin Lamarche

Les deux chorégraphes à la renommée internationale sont installés en Haute-Vienne depuis 2016, dans un petit hameau près du lac de Saint-Pardoux qui est devenu leur lieu d'inspiration et de créativité.
Benjamin Lamarche et Claude Brumachon dans leur petit coin de paradis.
Benjamin Lamarche et Claude Brumachon dans leur petit coin de paradis. © André Abalo - France Télévisions

Dans le monde de la danse contemporaine, ils sont incontournables. Le chorégraphe Claude Brumachon, et son alter ego de toujours le danseur Benjamin Lamarche, ont plus de 140 créations à leur actif.
Ils ont parcouru le monde, du Chili aux Philippines, en passant par le Nigéria et la République Tchèque.

Ils ont dirigé pendant près de 25 ans le Centre chorégraphique national de Nantes, avant de venir s'établir dans un endroit qu'ils connaissaient bien pour avoir participé à de nombreuses reprises à la biennale de Danse Emoi à Limoges : la Haute-Vienne.

Depuis 2016, Claude Brumachon et Benjamin Lamarche sont artistes associés des centres culturels municipaux de Limoges, labellisés scène conventionnée pour la danse.
Une chance inouïe pour le territoire où ils n'ont de cesse de multiplier les projets créatifs, avec des danseurs professionnels, amateurs, des scolaires, des associations, un public handicapé...
Les deux artistes se trouvent bien en Haute-Vienne, à tel point qu'ils ont renouvelé leur partenariat avec les centres culturels de Limoges pour trois nouvelles années.

"Un lieu où on est bien, c'est un lieu où l'on crée"

Leur petit coin de paradis, ils l'ont aménagé dans un hameau près de Saint-Pardoux.
C'est leur maison, leur antre, qui fourmille sans arrêt de visiteurs, des voisins qui partagent un café, des danseurs venus répéter...
C'est aussi et surtout leur jardin, leur parc, qu'ils ont décoré à leur goût, avec le brin de folie qui les caractérise.

"C'est un jardin qu'on a aménagé au fil du temps. On est toujours sur la route, partis par-ci par-là, en France et à l'étranger. On l'a parsemé d'objet insolites, en résonnance avec notre passé, notre présent, notre futur. Mais la fonction de cet endroit, c'est de se ressourcer et de faire ressurgir l'acte créatif et la danse !", explique Benjamin Lamarche.

Les deux hommes y ont installé, au gré de leur inspiration, des portes en bois trouvées dans une grange à leur arrivée, qu'ils ont repeintes de couleurs chatoyantes, et posées dans l'herbe ou suspendues aux branches, ouvertes sur la nature.

"Dans le hameau, tout le monde l'appelle le jardin des portes !", s'amuse Claude Brumachon, "Pour moi, un endroit où l'on est bien, c'est un endroit où on crée. Ce lieu a été une évidence."

Dans leur logique de partage, ils n'ont pas hésité quand nous leur avons demandé - dans le cadre de nos pages d'été - de nous faire découvrir leur petit coin de paradis.

Le petit coin de paradis de Claude Brumachon et Benjamin Lamarche

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
danse culture les séries de l'été portrait