• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La lettre d'Emmanuel Macron interprétée et commentée

© Maxppp / JP N'Guyen
© Maxppp / JP N'Guyen

C'est une longue lettre que le président de la République vient d'écrire aux français, pour donner le coup d'envoi du grand débat national. Un courrier dans lequel chacun trouve matière à critique.

Par Christophe Bodin

Dans sa lettre, le président de la République Emmanuel Macron suggère d'encadrer la consultation autour d'une trentaine de questions, avec 4 thèmes majeurs :  n°1 les impôts, les dépenses et l'action publique, n°2 l'organisation de l’État et des collectivités publiques, n°3 la transition écologique et point n°4 démocratie et citoyenneté, un thème englobant l'immigration. 

Sans surprise, les quelques réactions recueillies ce lundi 14 janvier 2019 en Haute-Vienne, tant du côté des gilets jaunes que des principaux représentants politiques, se font largement critiques. Chacun trouvant son angle d’attaque particulier. 
 
Les principaux responsables politiques de la Haute-Vienne ne sont pas convaincus par la lettre d'Emmanuel Macron
La réaction de 2 gilets jaunes à la lettre d'Emmanuel Macron, ils se disent déçus par les propos du président.

Pour leur part, les députés de la République en marche voient dans ce courrier un préalable au grand débat national qui s'ouvre, "une opportunité qu'il faut saisir"
 

Dans les 3 départements limousins, les préfets ont nommé les personnes responsables de l’organisation des débats. Il s’agit, pour la Creuse et la Corrèze, des secrétaires généraux des préfectures, respectivement Olivier Morel et Eric Zabouraeff, en Haute-Vienne, c'est Georges Salaün, directeur de cabinet du préfet, qui a été désigné.

Sur le même sujet

François Asselin - invité du 19/20 de France 3

Les + Lus