Limoges : la difficile reprise des clubs sportifs après le confinement

Les sportifs sont autorisés à reprendre une activité uniquement en respectant les gestes barrière. Ce qui réduit considérablement le champ des possibles.
 
Une première séance de gymnastique d'entretien après le déconfinement dans un parc de limoges
Une première séance de gymnastique d'entretien après le déconfinement dans un parc de limoges © Franck Petit
Au milieu du parc du Mas Jambost, les licenciées de la section « gymnastique d’entretien » de l’ASPTT Limoges prennent leurs marques. En compagnie de leurs 3 animatrices, elles s’apprêtent à s’entraîner en extérieur, puisqu’elles n’ont pas accès à leur gymnase. C’est la première fois que le groupe se retrouve depuis le début de la crise sanitaire. Mais finies les embrassades. Elles doivent respecter les règles de distanciation pour être à nouveau autorisées à pratiquer leur sport.
 
séance extérieure de gymnastique d'entretien

Sur la piste d’athlétisme du stade de Beaublanc, les jeunes nageurs de l’ASPTT sont eux aussi très heureux de sortir de chez eux et de reprendre une activité. Malgré les conseils de leurs entraîneurs, ils n’ont pas beaucoup amélioré leur physique pendant le confinement. Alors ils travaillent les lombaires, les abdos et le cardio en faisant des tours de piste.

Mais ils n’ont pas mis les pieds dans un bassin depuis le mois de mars. Alors les sensations ne sont plus vraiment au rendez-vous. C’est un vrai problème pour l’entraîneur référent des groupes compétition. Xavier Simon est arrivé au club en septembre 2019. Il tente depuis de faire monter ses nageurs en compétence pour permettre aux meilleurs d’accéder au haut niveau. Après 6 à 7 mois, les résultats commençaient à se faire sentir. Mais,

À cause du coronavirus, tout le travail effectué est réduit à néant.
 

L'ASPTT Limoges natation sur une piste d'athlétisme


L’ASPTT Limoges compte par ailleurs 800 adhérents condamnés à ne pas voir une piscine de près pendant encore une longue période.
   

Les sports collectifs

La jeunesse sportive Lafarge est un club de football qui fête ses 57 ans à Limoges. Il compte 310 adhérents. Pour Patrick Dalby, son responsable sportif,

Il nous est impossible de reprendre les entraînements. Avec 30 à 45 licenciés sur le terrain, il est très difficile de respecter les gestes barrière. Et puis, ça n’est pas avec de la préparation physique individuelle, sans aucun jeu de ballon, qu’on peut s’entraîner de manière cohérente.


Michel Bernardaud, président de l’USAL Rugby, est sur la même ligne :

Comment voulez-vous pratiquer un jeu contact sans aucun contact ?
 

Finances en berne

Alors les clubs de sports misent plutôt sur une reprise pour septembre. En sachant que leurs finances vont pâtir de cette situation.

La jeunesse sportive Lafarge organise plusieurs événements  dont l’objectif est de remplir ses caisses au printemps : un tournoi pour les jeunes lors du week-end de l’Ascension à Saint-Lazare ou encore un vide grenier.

Quant au tournoi international Lafarge U18 du mois de septembre avec entre autres l’équipe de France junior, il est fortement compromis. Pour Michel Brémont, le président de Lafarge foot,

Je n’ai pas l’impression qu’il pourra se faire. Il est peu probable que les équipes étrangères soient autorisées à quitter leur pays.


La jeunesse sportive Lafarge va ainsi perdre 25 à 30 % de son budget, soit près de 60 000 euros.

Du côté de l’USAL on n’ose pas encore chiffrer les pertes. Pour Michel Bernardaud,  

L’équation est difficile à résoudre, car notre équipe 1ère monte en fédérale 1. Et puis l’objectif reste aussi la formation des plus jeunes.

Après la crise sanitaire, il faut s’attendre à une crise économique qui ne facilitera pas la recherche de sponsors. Mais le président de l’USAL garde le moral : « on va y arriver ! »


Les municipalités

Pour reprendre une activité, les clubs sportifs doivent en outre être autorisés à accéder aux infrastructures municipales.

La semaine dernière, une note d’une cinquantaine de pages émanant du ministère des sports est arrivée dans les mairies. Après en avoir pris connaissance, René Arnaud, le maire d’Aixe-Sur-Vienne, a autorisé l’accès aux cours extérieurs de tennis et aux terrains de pétanque.

Les préconisations du ministère sur l’accès aux vestiaires ou club-houses sont par contre très claires : ils doivent rester fermés.

Mais le maire d’Aixe-Sur-Vienne positive. Il profite de cette période pour demander à ses services d’assurer quelques petits travaux de maintenance difficiles à effectuer en temps normal.

L’objectif est que tout soit prêt pour septembre, même si nous n’avons encore aucune certitude.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport déconfinement société coronavirus/covid-19 santé