• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

3e jour du procès de la femme accusée du meurtre d'Aixe-sur-Vienne

Troisième jour du procès aux Assises de la Haute-Vienne d' une femme de 50 ans accusée du meurtre de son compagnon en mai 2016. Cour d'Assises de la Haute-Vienne, mardi 12 mars 2019. / © Isabelle RIO / France 3 Limousin
Troisième jour du procès aux Assises de la Haute-Vienne d' une femme de 50 ans accusée du meurtre de son compagnon en mai 2016. Cour d'Assises de la Haute-Vienne, mardi 12 mars 2019. / © Isabelle RIO / France 3 Limousin

Troisième jour du procès aux assises de Haute-Vienne de Sandrine Capdevielle, accusée du meurtre de son compagnon Xavier Goualard en mai 2016. La matinée est consacrée à la déposition de l’accusée. Pour la première fois, elle s’exprime sur sa relation de quatre ans avec la victime.
 

Par O.A. / France 3 Limousin

Ce mardi 12 mars, les débats reprennent dans la salle d'audience de la Cour d’assises de Haute-Vienne. Des témoignages entendus hier et aujourd’hui, rien de positif n'est ressorti,  un fait plutôt rare.

La matinée est consacrée à la déposition de l’accusée. Elle s’est exprimée longuement sur sa relation de quatre ans avec la victime Xavier Goualard. Debout à la barre, l’accusée de 50 ans, s’exprime clairement et avec assurance. Sans aucune émotion, elle évoque avec précision les épisodes de sa relation avec son conjoint, de 10 ans son cadet. Elle parle de la chute dans l’alcoolisme de ce dernier.

L’avocat général en profite pour questionner l’accusée sur son propre rapport à l’alcool.
 


"À vous entendre, vous étiez la bonne fée de Xavier Goualard tentant de le sevrer mais vous dites que vous buviez votre bouteille de mousseux avec lui." Des contradictions qui se répètent lors du récit du soir du drame.
 

Des explications confuses sur le soir du drame


Le vendredi 27 mai 2016 au soir, Sandrine Capdevielle, 47 ans, contacte les secours, alors que Xavier Goualard perd beaucoup de sang, suite à des coups de couteau portés par l’accusée.
 

Autres éléments soulevés par l’avocat, la douche prise après le coup de téléphone de Sandrine Capdevieille au secours : "vous appelez les secours puis vous prenez une douche, vous vous changez...". L’accusée répond : "parce qu’il y avait eu d’autres fois et ce n’était pas grave, j’ai pensé que c’était pareil cette fois."

Plusieurs autres comportements singuliers sont évoqués par le Président durant l’interrogatoire, notamment lorsqu'elle demande le soir même aux enquêteurs de ne pas faire de bruit pour ne pas réveiller les locataires à l’étage. Sandrine Capdevieille justifie cette attitude par l’état de choc à l’annonce du décès de son compagnon.
 

Tentatives de suicide


L’interrogatoire se poursuit. Pour la première fois, Sandrine Capdevieille paraît émue à l’évocation de ses tentatives de suicide "j’ai fais deux tentatives de suicide, je vais devoir porter toute ma vie d’avoir ôté la vie de quelqu’un que j’aimais, c’est très dur."

Cet après-midi, l'audience est consacrée à la plaidoirie des parties civiles.

Résumé de la journée d'audience en vidéo :

Troisième jour du procès devant les Assises de la Haute-Vienne de Sandrine Capdevielle
Intervenant : 1/ Isabelle Rio, journaliste France 3 Limousin 2/ Bertrand Villette, avocat de l'accusée Dessins : Joris Leblois  - Équipe : I Rio, P Coussy


Demain se clôture le procès de Sandrine Capdevielle. Elle encourt une peine de trente années de réclusion criminelle.

A lire aussi

Sur le même sujet

Cognac : le Poitou-Charentes veut vendre son tourisme authentique aux Chinois

Les + Lus