Alain Rousset sur la décentralisation : "Marine Le Pen avec les pouvoirs qu'a Macron aujourd'hui, ça donnerait une dictature"

replay

Le Président (PS) de la Région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset est l'invité de Dimanche en Politique en Limousin. Au sommaire de cette émission : les TER, le financement de l'aéroport de Limoges-Bellegarde, la crise agricole et le projet d'école vétérinaire en Limousin ainsi que la décentralisation.

L'invité de Dimanche en Politique sur France 3 Limousin cette semaine est le président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset (PS). Il répond aux questions d'Annaïck Demars sur plusieurs thématiques : le désenclavement (train, mais aussi avion avec le dossier de l’aéroport de Limoges Bellegarde), le projet d’école vétérinaire en Limousin, les suites de la crise agricole, la feuille de route Néo Terra, mais aussi la décentralisation dont il a toujours été un fervent partisan.

À lire aussi : Dérèglement climatique : on vous explique "Néo Terra 2", le plan de transition écologique et énergétique adopté en Nouvelle-Aquitaine

Extraits 

Sur la décentralisation : Alain Rousset a remis des propositions à Eric Woerth, député Renaissance de l’Oise, qui doit rendre son rapport sur une nouvelle étape de décentralisation à Emmanuel Macron le 3 mai 2024. Fervent partisan de la décentralisation depuis toujours, le président socialiste de la Région Nouvelle-Aquitaine l’est d’autant plus dans un contexte de montée de l’extrême droite en France : "Quand vous êtes dans un état jacobin centralisé, pour garder le pouvoir, cet État est obligé de surproduire des normes qui embêtent tout le monde. Imaginez, il a fallu que j'attende un texte de Blanquer de 73 pages pour savoir comment on plaçait les élèves dans les bus ou à la cantine à la fin du Covid, non, mais vous imaginez dans quel état de dépendance et d'humiliation, on se trouve ? Ce système centralisé qui, en France, est encore démocratique, je ne sais pas s'il le sera demain. Un système centralisé a vocation, comme en Hongrie, à basculer vers un système dictatorial". 

Vous imaginez Marine le Pen avec les pouvoirs qu'a Macron? ça donnerait une dictature

Alain Rousset, président de Nouvelle-Aquitaine (PS)

France 3 Limousin

Sur le projet d'une 5ᵉ école vétérinaire française implantée en Limousin, Alain Rousset estime qu'il y a une bonne évolution "sur une 6ᵉ année de spécialité dédiée aux animaux de ferme et d'élevage". Le dossier a été évoqué lors de sa rencontre avec le Premier Ministre Gabriel Attal :

"Il ne peut pas répondre d'un coup, car derrière tout ça, il y a trois choses :

  • que le gouvernement change sa tactique et recommence à ouvrir des écoles publiques d'enseignement supérieur au-delà de ce qui existe aujourd'hui, plutôt qu'ouvrir des écoles privées comme à Rouen ;
  • que l'ordre des vétérinaires ne reproduise l'attitude de l'ordre des médecins il y a 10-15 ans qui disait que nous n'avions pas de problème de déprise médicale ;
  • l'inquiétude que le gouvernement doit pallier qui est celle des quatre autres écoles vétérinaires."

On évolue bien sur une 6ᵉ année de spécialité dédiée aux animaux de ferme et d'élevage

Alain Rousset sur le projet d'une 5e école vétérinaire française en Limousin

France 3 Limousin

Sur la ligne TER Limoges-Angoulême, à l'arrêt depuis 2018 et qui fait l'objet de nombreuses manifestations : "Le chantier de réouverture Limoges-Angoulême pour rejoindre à la fois Paris et Bordeaux, c'est pour 2030-2032 : de toute façon ça va être inscrit dans le contrat que je passe avec l'État (CPER : Contrat de Plan État-Région) qui sera arrêté d'ici à l'été. Dans ce domaine-là, la Région s'engage avec l'appui des départements - la Haute-Vienne, la Charente - les agglomérations de Limoges et d'Angoulême sont également investies. En tant que président de région, je n'ai pas de ressource particulière affectée à cette compétence et les sommes sont colossales, c'est des milliards"…