Ambazac : le centre infirmier de la Croix-Rouge sur la sellette

durée de la vidéo : 00h01mn24s
Les centres de soins infirmiers de la Croix-rouge sont des éléments fondamentaux du maillage médical à la campagne. Mais en un an et demi, ils ont presque tous disparus. Le centre de soinss situé à Ambazac, l'un des deux derniers de la Haute-Vienne, pourrait disparaître à la fin de l'année, faute de repreneur. Intervenante : Peggy Bariat, maire d'Ambazac. ©Jules Boudier, Carole Maillard, Philippe Ruisseaux

Les centres de soins infirmiers de la Croix-rouge sont des éléments fondamentaux du maillage médical à la campagne. Mais en un an et demi, ils ont presque tous disparus. Le centre situé à Ambazac, l'un des deux derniers de la Haute-Vienne, pourrait disparaître à la fin de l'année, faute de repreneur.

Cela pourrait causer une catastrophe sanitaire. Le Centre de Soins Infirmiers de la Croix-Rouge à Ambazac en Haute-Vienne, est menacé de fermeture, faute de repreneur. Une mauvaise nouvelle pour les habitants, dans un territoire déjà touché par la désertification médicale. Une douzaine de communes et des centaines de patients privés pourraient en subir les conséquences. De plus, 11 salariés seraient alors laissés sur le carreau. 

Le 1er décembre, le personnel du centre et des élus locaux ont signé une lettre ouverte, afin d'alerter sur cette situation critique : "Aujourd’hui, ce centre remplit une véritable mission de service public sur notre territoire rural en ce qu’il permet l’accès aux soins à des centaines d’habitants souvent isolés, sur 12 communes"

Selon la maire Peggy Bariat, "les infirmiers en libéral déjà présents sur le secteur n'arriveront pas à éponger les demandes de soins sur le territoire". 

Cinq centres déjà fermés

En Haute-Vienne, cette fermeture ne serait pas une première : en un an et demi, cinq sur sept centres de soins infirmiers de la Croix-Rouge ont fermé leur portes, dans le cadre d'un programme national de cession des Centres de Soins Infirmiers. Le personnel du centre n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Affaire à suivre

En ce moment, le siège de la Croix-Rouge négocie pour trouver un repreneur, selon Laurence Meunet, directrice départementale de l'association : "nous ne sommes pas fixés, car les accords de confidentialité sont toujours en cours. Le siège de la Croix-Rouge négocie pour trouver un repreneur ; il fera un retour sur ces instances seulement lorsqu'il sera autorisé à le faire". Pour connaître l'avenir du centre d'Ambazac, il faudra donc encore attendre.