Meurtre d'Alexis à Domeyrot : ouverture du procès en appel devant les Assises de la Haute-Vienne

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Rio avec Camille Bluteau

Ce lundi 5 décembre, s'ouvre au Palais de Justice de Limoges, une session d'assises de deux semaines. La Cour d'Assises de la Haute-Vienne va juger trois affaires, la première est le procès en appel du meurtre du jeune Alexis, en août 2018 à Domeyrot en Creuse.

À partir de ce lundi 5 décembre et pendant cinq jours, les 9 jurés tirés au sort par le Président de la Cour d'Assises de la Haute-Vienne vont examiner les circonstances de la mort du jeune Alexis Bernady, 19 ans, dont le corps a été retrouvé au petit matin le 28 août 2018 par deux agents de propreté, devant une maison de la commune de Domeyrot en Creuse.

Le père de la victime et un ami condamnés à 22 ans de réclusion criminelle en janvier 2022

Le 21 janvier dernier, le père du jeune Alexis, Frédéric Bernady, et un de ses amis, Roland Michaud, ont été condamnés par la Cour d'Assises de la Creuse à Guéret, à 22 ans de réclusion criminelle avec une peine de sûreté des deux tiers. Une culpabilité qu’ils contestent tous les deux toujours aujourd’hui. Les jurés de la Cour d’Assises de la Haute-Vienne vont ainsi à nouveau s’interroger sur le rôle de chacun des deux hommes.

Alexis, 19 ans, frappé à de multiples reprises et mort par asphyxie

L'autopsie du corps d'Alexis, pratiquée le 30 août 2018, révèle une liste éprouvante, celle des nombreux hématomes et contusions à la tête, aux cervicales, au niveau du cou et du thorax, qui posent une conclusion : la mort est intervenue par asphyxie.

Au petit matin, lorsque le corps est découvert par les deux agents éboueurs, il présente des rigidités qui laissent penser que la mort remonte à plusieurs heures.

Or, ses dernières heures, Alexis les a passées là, à deux pas de son véhicule, dans la maison de Roland Michaud, un ami de son père. Avec ce dernier, ils ont passé une soirée à discuter... et à boire. Les quelques verres avancés par les deux hommes lors de leur garde à vue, ce sont en réalité plusieurs bouteilles puisque le taux d'alcoolémie mesuré chez les deux hommes interrogés par les gendarmes, le lendemain de la découverte du corps, est encore très élevé.

Une forte consommation d'alcool au cœur du procès

Alors que c'est-il passé dans la nuit du 27 au 28 août 2018 ? Qui a porté des coups à Alexis ? Y a t'il eu intention de tuer ? De nombreuses questions vont se poser aux 9 jurés du jury d'appel. Quel est le rôle de Roland Michaud, chez qui s'est passée la soirée ? Lui qui se retrouve avec cette accusation en état de récidive pour avoir été déjà condamné en 2006 pour le meurtre de sa voisine, ex-compagne... Quel est le rôle de Frédéric Bernady ? Qu'a t'il fait lorsqu'il a quitté la maison de son ami ? Ses versions ont été nombreuses et contradictoires depuis cette nuit du 28 août 2018. Il a d'abord assuré avoir vu un homme d'origine africaine au volant d'une 206 peugeot rejoindre son fils pour une sulfureuse histoire de stupéfiants, avant de revenir sur ces dires. Il a aussi avancé avoir reçu un coup de la part de son fils mais de s'en être aussitôt éloigné pour rentrer chez lui dormir. Sauf que sa conjointe a confié aux gendarmes l'avoir entendu rentrer à 2h du matin, excité et que des traces de sang sont trouvées plus tard sur ses vêtements.

L'avocat de Frédéric Bernady, Jean-Christophe Romand, entend obtenir de la Cour d'Assises de la Haute-Vienne un autre verdict que celui prononcé par la Cour d'Assises de la Creuse.

"Le meurtre en réunion n'existe pas, or c'est sur cette base qu'on a été condamné. Il va donc falloir évoluer"

Jean-Christophe Romand, avocat de Frédéric Bernady, un des deux accusés du meurtre d'Alexis

Pas plus que Frédéric Bernady, Roland Michaud ne reconnait pas non plus la moindre responsabilité dans ce qui a pu arriver à Alexis. Cet ancien agriculteur divorcé, isolé familialement notamment à cause de sa consommation d'alcool récurrente, soutient avoir accompagné ses deux hôtes sur le pas de sa porte, de l'avoir refermée avant que Frédéric Bernady et son fils soient partis, puis être monté se coucher.

C'est pourtant bien la qualification de meurtre qui a été retenue en première instance à l'encontre des deux hommes. Une intention de tuer qui va être à nouveau au cœur des débats de ce nouveau procès. 

 Rappel des faits

Le 28 août 2018, entre 1h et 2h du matin, la vie d'Alexis s'est arrêtée nette, face contre terre, devant une maison d’un petit hameau au lieu-dit Beaufaix de la commune de Domeyrot en Creuse. Une maison dans laquelle il avait passé la soirée avec son père et un vieil ami de la famille, au cours de laquelle une bouteille de whisky de 2,5l a été vidée à trois. Alexis a succombé à des lésions telles que leur gravité a provoqué son agonie puis sa mort, avant d'être découvert cinq heures plus tard au petit matin par les éboueurs de la commune sur la voie publique.

En septembre 2018, le père d'Alexis est mis en examen pour meurtre. Mise en examen pour meurtre également pour l'ami du père Roland Michaud, un homme déjà condamné à 12 ans de prison pour le meurtre de l'une de ses voisines.

En janvier 2022, Frédéric Bernady, est accusé du meurtre de son fils et Roland Michaud, est accusé d'avoir récidivé 10 mois après sa libération de sa précédente condamnation pour homicide. Le verdict de la Cour d'Assises de la Creuse pour les deux accusés est de 22 ans de réclusion criminelle.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité