Le procès de l'auteur de deux braquages, commis en 2013 à Panazol et à Limoges, s'est ouvert lundi 11 septembre 2017, devant les Assises de la Haute-Vienne. Le principal accusé, récidiviste, encourt la perpétuité. Un deuxième accusé est lui poursuivi pour complicité. 

Trois jours de procès aux Assises de la Haute-Vienne pour l'auteur d'un double vol à main armé commis, en juillet 2013, au supermarché Casino de Panazol et, quelques jours plus tard, à la bijouterie Philipparie à Limoges.

Ibrahim Dramé, 37 ans, présenté comme l'auteur principal des braquages, n'a jamais contesté les faits. 
Déjà condamné pour des vols à main armée, il encourt la perpétuité.

Egalement dans le box des accusés : Moulay Driss Zineddine, 30 ans, poursuivi pour complicité : il lui est reproché d'avoir véhiculé l'auteur principal avant et après les faits. 

Isabelle Rio et Marine Nadal ont assisté à la première journée d'audience, lundi 11 septembre 2017.

Un homme de 37 ans comparaît, depuis lundi 11 septembre 2017, devant les Assises de la Haute-Vienne. Il est accusé d'avoir braqué, en juillet 2013, un supermarché de Panazol et, quelques jours plus tard, une bijouterie de Limoges. A ses cotés dans le box, un deuxième homme accusé de complicité. Intervenants : Julia Bénaïm, avocate du principal accusé ; Joël frugier, avocat de l'accusé de complicité - Dessins de Joris Lebois. ©France 3 Limousin

Ce mardi 12 septembre 2017, le procès d'Ibrahim Dramé et Moulay Driss Zineddine se poursuit, les deux accusés sont interrogés sur leurs relations et sur les faits.

Lors de l'audience du matin, Dramé a affirmé n'avoir besoin de personne pour ses braquages.  

Si Zineddine est dans le box à ses côtés, c'est parce qu'il l'a trahi en le court-circuitant auprès du receleur qui a racheté les montres volées chez Philipparie. 

Dramé s'est longuement exprimé sur la haine qu'il nourrie contre Zineddine depuis les faits.

Et l'on s'explique mieux la présence des sept policiers autour des deux accusés, dans et près du box.

Isabelle Rio vous fait vivre ce procès d'Assises sur Twitter :