L'artiste Baptiste César redonne vie au vieux bois de charpente

C'est un touche à tout, Baptiste César, originaire de Corse, est actuellement en résidence à Limoges, pour une période de création. Inspiré tout particulièrement par le vieux bois de charpente issu des travaux de l'hôtel du Présidial.

© Mathieu Dégremont - France Télévision

"Le fiasco vide la ville." Cette phrase est l'emblême du travail de l'artiste Baptiste César durant sa résidence à Limoges.

Une période de création dans la cité de la porcelaine pour cet artiste aujourd'hui installé à Paris et tout particulièrement inspiré par le bois de charpente de l'hôtel du Présidial. Des poutres de récupération, auxquelles il a choisi de donner une seconde vie.

"On sent l’histoire dans le bois, parce qu’il est déjà usé, il y a quelque chose de très matériel, très graphique, et ça m’intéressait de voir l’usure du bois, et qu’on se dise, mais d’où ça vient ? On ne sait pas vraiment d’où ça vient, on voit que ce n’est pas du bois neuf."

Baptiste Cesar : artiste aux multiples facettes, en résidence à Limoges

Ce bois il en fait des lettres qui s'entremêlent à loisir pour former mots et phrases selon l'humeur de l'artiste ou celle de ceux qui les regardent.

"Le fiasco vide la ville" fut la toute première pensée de l'artiste à son arrivée à Limoges pour sa résidence d'artiste à l'Irrésistible Fraternité, une ancienne fraternité franciscaine devenu lieu de création en plein coeur de la ville de Limoges (au 8, rue Charles Gide).

"C’était une phrase qui était vraiment en rapport avec mon impression première pendant la résidence, parce que quand je suis arrivé début novembre la ville était en confinement, du coup elle était entièrement déserte."

Cette phrase a été installée sur les hauteurs de Limoges pour une performance éphémère. 

© Baptiste César

Désormais chacune des lettres de bois est revenue à l'Irrésistible Fraternité pour former les mots choisis par l'artistes, "Vivacité" trône ainsi actuellement dans la cours du tiers lieu artistique. Mais chacun peut y voir ce dont il a envie ou besoin. Le Secours Populaire de la Haute-Vienne a d'ailleurs déjà réservée trois lettres, elle formeront le mot VIE.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture