Basket : le CSP a le mal des transports, battu cette fois en Lituanie par le Rytas Vilnius

L'équipe d'Alfred Julbe, ici en septembre, a donné de l'espoir à ses supporters. Un espoir de courte durée. / © André Abalo
L'équipe d'Alfred Julbe, ici en septembre, a donné de l'espoir à ses supporters. Un espoir de courte durée. / © André Abalo

Le démarrage poussif et des erreurs défensives notables ne pardonnent pas. Les Lituaniens de Rytas Vilnius ont eu raison du Limoges CSP (92-78). Le CSP n’a renversé la vapeur que dans le troisième quart temps.

Par Charles Lemercier

Après un regain de forme, et les succès contre Bursa et Pau à domicile, le CSP fait une petite rechute à l’extérieur. Sur le papier, les deux équipes affichaient deux victoires et quatre défaites en EuroCoupe. Vilnius venait de battre le Lokomotiv Kuban Krasnodar, à l’extérieur s’il vous plaît.

Faux départ

« Les Limougeauds ne sont pas dans le coup, endormis. On dirait qu’ils ont le frein à main », lâche rapidement le consultant de RMC Sport à 8-2 dans le premier quart temps. Le Limoges CSP pris de vitesse au départ, et empêché par une défense adverse efficace, concède le premier quart temps 21 à 13.

Le CSP a retrouvé des couleurs et peut dire merci à Hugo Invernizi. Il a relancé son équipe et réduit l’écart, monté à +13, en enchainant dix points consécutifs. Mais les sensations meilleures ne se traduisent pas par un meilleur score. Le déficit de huit longueurs s’est alourdi, passant à +10 à la fin du deuxième quart temps.

« On doit être plus agressifs », a lancé Inverniz au micro du diffuseur.


Agressifs, accrocheurs… ils l’ont été de plus en plus. Les mots du coach ont effacés les maux, au moins une partie. Limoges domine le troisième quart temps (24-20) et recolle presque son adversaire. Mais le retour en trombe est vite retombé. Vilnius reprend huit longueurs dans le dernier quart temps (26-18).

En queue de peleton


En attendant le match du Lokomotiv Kuban, le CSP pointe à l’avant-dernière place de son groupe, 5e sur 6 avec cinq défaites en sept matchs. Aïe. L’accès au top 16 se complique, faute de victoires loin de Beaublanc.

Sur le même sujet

Les + Lus