Catalent Biologics va investir près de 27 millions d’euros à Limoges

La société Catalent Biologics, entreprise de pointe dans la sous-traitance pharmaceutique, a annoncé ce 21 juillet son intention d’investir près de 27 millions d’euros sur son site de Limoges, pour créer un centre d’excellence de fabrication clinique.
 
L'entreprise pharmaceutique Catalent emploie à Limoges plus de 170 personnes.
L'entreprise pharmaceutique Catalent emploie à Limoges plus de 170 personnes. © France 3 Limousin/France Télévisions (archives)
En cette période où les mauvaises nouvelles économiques « pleuvent », c’est au contraire une excellente annonce que vient de faire ce mardi 21 juillet la société Catalent Biologics, l’un des leaders mondiaux des technologies avancées d’administration, de développement et de fabrication de médicaments, dont l’une des filiales est basée à Limoges (87).

Le groupe américain vient en effet de faire part de son intention d’investir 30 millions de dollars, soit près de 27 millions d’euros, dans ses installations limougeaudes, afin de créer un centre européen d’excellence pour le développement de formulation biologiques en phases cliniques et de services de remplissage de produits pharmaceutiques.

Le site limougeaud de Catalent, qui existe depuis près de quarante ans, et qui emploie aujourd’hui quelques 170 salariés, serait ainsi entièrement modernisé, pour traiter les programmes de grandes molécules issues de la recherche biotechnologique.
Une ligne flexible à grande vitesse de remplissage de flacons, seringues ou cartouches sera par exemple installée. Cette modernisation débutera normalement au mois de septembre prochain, et devrait s’achever en 2022.
À cet horizon, près de 80 personnes supplémentaires devraient être embauchées. Le site travaillerait alors avec d’autres entités de Catalent, en Italie, en Belgique ou encore aux États-Unis.

Le projet est soutenu par diverses collectivités, dont Limoges Métropole, la CCI de Haute-Vienne ainsi que la région Nouvelle Aquitaine, qui subventionne le projet à hauteur de 1.3 millions d’euros.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie emploi santé société région nouvelle-aquitaine politique fusion des régions réforme territoriale