Confinement, le nageur Swann Plaza continue les entraînements dans sa piscine

Attaché par un élastique dans la piscine familiale, le nageur de Verneuil-sur-Vienne s’entraîne chaque jour pour se maintenir en forme. Même si le coronavirus a perturbé ses plans, le jeune haut-viennois n’en oublie pas son objectif de l’année : les championnats de France. 

© Flopics Swim
Le bassin est bien plus petit, mais les ambitions sont toujours aussi grandes. Habitué à enchaîner les longueurs à l’Aquapolis de Limoges, Swann Plaza doit désormais se contenter de la piscine de ses parents. 

Le confinement n’enlève pourtant rien à la détermination de ce jeune nageur de 19 ans. Chaque jour, après le travail, Swann Plaza répète le même programme. Une demi-heure de footing, une heure de musculation suivie d’une demi-heure de nage. 
 
Témoignage : le quotidien confiné du nageur Swann Plaza

Spécialiste des longues distances, le nageur du CAF de Limoges s’est équipé d’un élastique pour maximiser son effort. Grâce à cette technique, il peut nager pendant près de 30 minutes sans s'arrêter.

Avec ces entraînements, même s’il fait du sur-place, Swann se rapproche de son objectif : les championnats de France. 
  

Une période frustrante 


Tout avait pourtant bien commencé, avec ses quatre médailles d’or décrochées au meeting Crazyswim en février dernier. Mais à quelques semaines des championnats de France en bassin, le Coronavirus a tout arrêté. 
   
Lui avait pourtant tout fait pour être à la hauteur de l’évènement. De retour d’un stage intensif en Espagne, Swann se sentait plus près que jamais. 
 

J’ai fait énormément de sacrifices cette année. Et pour l’instant tout cela ne paie pas. C’est difficile.


La difficulté vient aussi de la distance avec l’équipe. Même si son coach, Fabien Le Bec, lui envoie un programme d’entraînement, toutes les deux semaines, l’émulation du groupe lui manque. 
 
Témoignage : la difficulté de l'isolement pour le nageur Swann Plaza

Malgré tout, Swann reste assidu et appliqué. Avec des championnats possiblement repoussés à l’automne, il sait que la reprise de septembre sera un moment clé. Il faudra être près. D’ici là, il ne lâchera rien. 

Avant cela, une autre épreuve l’attend : les partiels de sa première année à l’IUT de Gestion des Entreprises et des Administrations. On lui souhaite bien du courage ! 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus : envie d'évasion santé société coronavirus championnats de france de natation natation sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter