Consommation d’alcool : vers un changement des mentalités ?

La consommation d'alcool en France est un véritable héritage culturel. / © PETITALOT ERIC
La consommation d'alcool en France est un véritable héritage culturel. / © PETITALOT ERIC

2 verres maximum par jour, et pas tous les jours... Ce sont les nouvelles recommandations pour la consommation d'alcool. L’enjeu est important : des dizaines de milliers de décès pourraient être évités chaque année. Mais il n’est pas simple de faire évoluer ce véritable héritage culturel.
 

Par François Clapeau

D'abord, des chiffres, alaramants : selon Santé Publique France, l'alcool a provoqué 41.000 décès en 2015 dans le pays.

Avec 7% du nombre total de décès, l'alcool représente la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac.
Les causes de décès liées à l'alcool sont multiples : 16 000 décès par cancer, 9 900 par maladies cardiovasculaires, 6 800 par maladies digestives et 5 400 par des causes externes (accident ou suicide).


 

Des effets bénéfiques ? 


L’alcool, en particulier le vin rouge, a longtemps été présenté comme un produit à consommer certes «avec modération», mais bénéfique si pris en petites quantités.
Pourtant, « les minimes et très sélectifs effets protecteurs de l’alcool sont réduits à néant par ses effets délétères», selon François Bourdillon, directeur général de Santé Publique France.


 

Nouvelles recommandations


D’où les nouvelles recommandations : maximum 2 verres par jour, et pas tous les jours. 
Cela signifie qu’au cours d’une semaine, il est recommandé :

 -d’avoir plusieurs jours sans consommation d’alcool
 -de ne pas boire plus de 2 verres dits « standards » les jours où l’on consomme de l’alcool
 -et globalement, de ne pas consommer plus de 10 verres standards par semaine.


 

Changement de mode de vie


Comment adapter notre consommation et notre mode de vie à cette réalité qu’on ne peut plus aujourd’hui nier ?

Dans ce reportage réalisé à Limoges, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui ont connu l’alcoolisme, mais aussi de médecins, de producteurs d’alcool, et d’associations de prévention.
 

Sur le même sujet

Les + Lus