• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Consommation d’alcool : vers un changement des mentalités ?

La consommation d'alcool en France est un véritable héritage culturel. / © PETITALOT ERIC
La consommation d'alcool en France est un véritable héritage culturel. / © PETITALOT ERIC

2 verres maximum par jour, et pas tous les jours... Ce sont les nouvelles recommandations pour la consommation d'alcool. L’enjeu est important : des dizaines de milliers de décès pourraient être évités chaque année. Mais il n’est pas simple de faire évoluer ce véritable héritage culturel.
 

Par François Clapeau

D'abord, des chiffres, alaramants : selon Santé Publique France, l'alcool a provoqué 41.000 décès en 2015 dans le pays.

Avec 7% du nombre total de décès, l'alcool représente la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac.
Les causes de décès liées à l'alcool sont multiples : 16 000 décès par cancer, 9 900 par maladies cardiovasculaires, 6 800 par maladies digestives et 5 400 par des causes externes (accident ou suicide).


 

Des effets bénéfiques ? 


L’alcool, en particulier le vin rouge, a longtemps été présenté comme un produit à consommer certes «avec modération», mais bénéfique si pris en petites quantités.
Pourtant, « les minimes et très sélectifs effets protecteurs de l’alcool sont réduits à néant par ses effets délétères», selon François Bourdillon, directeur général de Santé Publique France.


 

Nouvelles recommandations


D’où les nouvelles recommandations : maximum 2 verres par jour, et pas tous les jours. 
Cela signifie qu’au cours d’une semaine, il est recommandé :

 -d’avoir plusieurs jours sans consommation d’alcool
 -de ne pas boire plus de 2 verres dits « standards » les jours où l’on consomme de l’alcool
 -et globalement, de ne pas consommer plus de 10 verres standards par semaine.


 

Changement de mode de vie


Comment adapter notre consommation et notre mode de vie à cette réalité qu’on ne peut plus aujourd’hui nier ?

Dans ce reportage réalisé à Limoges, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui ont connu l’alcoolisme, mais aussi de médecins, de producteurs d’alcool, et d’associations de prévention.
 

Sur le même sujet

Le laboratoire d'analyse et de recherche de Dordogne dans les locaux provisoires

Les + Lus