"Notre tâche est d’être des témoins de paix et de réconciliation. Ce sera notre plus belle façon de dire merci." La messe d'hommage à Robert Hébras

Anonymes, proches, élus se sont retrouvés pour le premier temps fort des adieux au dernier survivant d'Oradour-sur-Glane. Ce vendredi 17 février matin, avant la cérémonie officielle au village martyr, une messe était organisée à 9 h 30 dans la nouvelle église d'Oradour-sur-Glane. Retour en images sur ces premiers instants d'émotion.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ce vendredi est une longue journée d'hommage au dernier survivant d'Oradour-sur-Glane, décédé le 11 février dernier à l'âge de 97 ans.

Dans la foule, l'émotion est palpable. Certains ont choisi de laisser un message dans le livre d'or. 

Avant la cérémonie officielle prévue en début d'après-midi en présence de deux ministres, une cérémonie religieuse est organisée dans l'église du nouveau village. Cette messe est réservée aux proches de Robert Hébras, aux familles des martyrs ainsi qu'aux habitants du village. 

"Il fallait être là aujourd'hui"

Monseigneur Bozo, évêque de Limoges, célèbre cette messe avec le prêtre de Saint-Junien. « Notre tâche est d’être des témoins de paix et de réconciliation. Ce sera notre plus belle façon de dire : Merci Robert. »

Robert Hébras aura été un infatigable témoin du massacre pour que les responsabilités soient reconnues, car on ne construit pas la paix sur l'injustice.

Monseigneur Pierre-Antoine Bozo

Eveque de Limoges

Tous ont une bonne raison d'être là, pour ce dernier hommage à un homme devenu symbole du devoir de mémoire. Ainsi une habitante de Saint-Gence, commune voisine d'Oradour-sur-Glane, nous raconte au bord des larmes : "On a peur tout simplement que ça recommence. (...) Je me souviens, j'ai visité Oradour quand j'avais 10 ans. Ça m'a traumatisée ce silence(...) et j'ai ramené mon fils il y a quelques années, alors qu'il était en seconde, et j'ai ressenti la même chose. C'est émouvant. Je pense qu'il fallait être là aujourd'hui."

Des élus sont présents également comme le président du conseil départemental de la Haute-Vienne, Jean-Claude Leblois : "il est dans notre tête. (...) Il faudra s'appuyer sur ses témoignages pour que l'on puisse parler de ce qu'il s'est passé aux jeunes générations. Il est allé au-delà de sa mission de survivant. Il a témoigné toute sa vie et notre présence aujourd'hui, ça veut dire : respect Monsieur Hébras".

Près de 400 personnes se sont réunies pour cette cérémonie religieuse très intimiste.

Cérémonie officielle à partir de 14 H 30

Dans l'après-midi, deux ministres sont attendus dans le village martyr pour une cérémonie officielle : il s'agit de Pap Ndiaye, ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, et Patricia Mirallès, secrétaire d'État auprès du ministre des Armées chargée des Anciens combattants et de la Mémoire.

Une cérémonie officielle, également en présence de François Hollande, à suivre dès 14 h 30 sur notre site internet