Cet article date de plus de 3 ans

Disparition de Jimmy Jonquard : des hommages unanimes

Jimmy Jonquard, personnalité du paysage audiovisuel dans les régions, est décédé dans la nuit du 30 mai au 1er juin 2018 à l'âge de 78 ans. Ceux qui l'ont côtoyé pendant sa longue et riche carrière lui rendent hommage à commencer par Jack Lang. 
C'est une figure de l'audiovisuel et de la télévision régionale qui disparaît. A l'annonce du décès de Jimmy Jonquard ce 1er juin 2018, ceux qui l'ont connu se souviennent...

Jack Lang

"Il travaillait alors à l'antenne ORTF Lorraine. Il a accompagné activement le Festival mondial de Théâtre que j'avais créé à Nancy. Sans lui, sans son appui, nous n'y serions pas parvenus de la même façon. Jimmy Jonquard a joué un rôle culturel important dans cette aventure. Je ne peux pas compter le nombre de fois où il m'a interviewé.

Il préparait toujours ses entretiens avec sérieux et ses questions étaient d'une grande finesse.

Je garde le souvenir d'un homme ultra-professionnel, s'intéressant à tout, toujours à la recherche de méthodes avancées. Il était ouvert d'esprit, curieux, exigeant. Il avait de l'intuition, il était très lucide.  Il était amoureux de la vie, des gens et des arts. Je ne l'ai revu que de rares fois. Sa disparition m'attriste beaucoup."


Jean-Marie Cavada

(Député européen, ancien directeur de l'information à FR3)

"Je l'ai côtoyé en 1961 à Radio Lorraine Champagne. J'étais étudiant à la faculté de Nancy et il m'a confié ma première mission : le soir et la nuit, je triais les disques. Puis j'ai trié le courrier, avant de présenter mes premiers magasines culturels.

En 1978, alors que j'étais à la direction de l'information de FR3, Jimmy était alors à Bordeaux.

C'était un très bon journaliste, exigeant, très pointilleux dans le bon sens du terme.


Il avait plusieurs qualités : il était déterminé, altruiste et empathique... Il n'aimait pas la solitude. 
Dans les années 90, il avait fait le tour de son métier de journaliste. Curieux, il s'est tourné alors vers les technologies nouvelles. Il a été le premier à mettre en ligne des vidéos sur internet alors qu'il y avait à peine du réseau !

Nous sommes restés en contact, de loin en loin, en raison de carrières respectives, mais lorsque je passais par le bassin d'Arcachon, nous nous saluions. J'avais beaucoup d'estime pour lui et je suis très attristé par cette disparition."


Claude Tronel

(Rédacteur en chef - France Télévisions)

"Il était réactif sur l'actualité. Même au poste de directeur régional, il restait attentif. Jimmy Jonquard était résolument attaché à FR3. Il avait à cœur de développer la télévision régionale de proximité. Lorsqu'il est arrivé à Bordeaux, il a mis en place le 12/13, premier rendez-vous d'information de la mi-journée.

C'était un précurseur, il était passionné par l'Histoire et la modernité


Il a très tôt repéré les possibilités que pouvait offrir l'Internet. A Rennes, il a lancé les premières numérisations des vidéos et  créé les premiers postes de journalistes chargés du web. On était aux balbutiements de l'ADSL ! Il me faisait penser à un amiral. Il aurait voulu lancer les bases d'un magazine transfrontalier qui aurait couvert toute la façade Atlantique des Cornouailles au Portugal. Il avait le souci de l'évolution du traitement de l'actualité. Humain, chaleureux, il aimais séduire…"

 

Olivier Brumelot

(Délégué à l'Antenne et aux Programmes France 3 Pays de la Loire)

"Je me souviens de son arrivée en Limousin Poitou-Charentes. À la rencontre du personnel de Poitiers, il nous dit «Je viens donc d'être nommé à Limoges, ce n'est pas une promotion». Je me suis dit qu'il avait le mérite de la franchise en public ! C'était en 1986, les nominations ou les mouvements avaient un sens politique : la droite venait de remporter les législatives. Il est resté longtemps dans la région, et je crois que tout le monde l'appréciait.

Nous craignions un peu ses remontées de bretelles mais c'était quelqu'un qui était à l'écoute de l'autre.


Je me souviens avoir eu toute sa confiance pour lancer notre premier partenariat avec le tout jeune Tour Poitou-Charentes."

 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
médias économie hommage société