• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Dossier santé : “Mars bleu”, un mois de prévention contre le cancer colorectal

Dépistage du cancer colorectal. / © France 3 Limoges
Dépistage du cancer colorectal. / © France 3 Limoges

18 000 personnes décèdent en France chaque année du cancer colorectal. Ce cancer est mal connu, retardant le dépistage et la prise en charge rapide des malades. Une journée de sensibilisation est prévue ce 11 mars 2019 à la polyclinique de Limoges, site Chénieux.

Par O.A / France 3 Nouvelle-Aquitaine

En France, 18 000 personnes décèdent chaque année du cancer du côlon. Ce cancer est souvent mal connu, retardant le dépistage et la prise en charge rapide des malades. Une journée de sensibilisation est prévue aujourd'hui, 11 mars 2019,  à la polyclinique de Limoges, site Chénieux, dans le cadre de "Mars bleu", le mois de sensibilisation et de dépistage du cancer colorectal.
 
18 000 personnes décèdent chaque année du cancer colorectal. / © France 3 Nouvelle-Aquitaine
18 000 personnes décèdent chaque année du cancer colorectal. / © France 3 Nouvelle-Aquitaine


47% des personnes touchées sont des femmes


Le cancer colorectal touche presque autant les hommes que les femmes, malgré les idées reçues.

À 55 ans, Fabienne Gaugnion se bat contre son corps depuis un an et demi.  Aujourd'hui sous chimiothérapie orale, elle prend six comprimés par jour. « Je ne me suis aperçue de rien. Je pensais que c'était un cancer réservé aux messieurs âgés, c’est l’image qu’on a de ce cancer. »

Pourtant, chez la femme, ce cancer est même le deuxième plus fréquent après le cancer du sein et le troisième chez les hommes. Selon Dominique Genet, cancérologue à Limoges, « en 2017, il y a quasiment autant d’hommes que de femmes chez qui on a annoncé un cancer colorectal.»


Les symptômes


Pour prévenir le cancer colorectal, le dépistage est indispensable. À partir de 50 ans, il est recommandé aux hommes et femmes de se faire dépister tous les deux ans, avec un test gratuit.

L'analyse des selles et la coloscopie sont essentielles. Cet examen permet de détecter puis de retirer des polypes dans le côlon et dans le rectum avant qu'ils ne dégénèrent.

Si la maladie se développe, plusieurs symptômes apparaissent : « Les signes d’alarme sont les saignements, la perte de poids inexpliquée, les troubles du transit ou encore les douleurs abdominales inhabituelles » explique Tessa Tabouret, gastro-entérologue à la polyclinique de Limoges.
 
Dossier santé : le cancer colorectal
À l'occasion de "Mars Bleu", le mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal, rencontre à Limoges avec une patiente atteinte de ce cancer. - France 3 Nouvelle-Aquitaine - M. KACZKOWSKI, L. BODIN ADRIACO, G. SCHONS, S. PASSELERGUE

Dans l'Hexagone, chaque année, près de 43 000 nouveaux cas de cancer du côlon sont diagnostiqués. Si le cancer colorectal est détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans neuf cas sur dix.
 

Lundi 11 mars : journée de sensibilisation au dépistage précoce du cancer colorectal à la Polyclinique de Limoges, site Chénieux

9h30 : accueil par les équipes soignantes d’oncologie et de gastroentérologie de la Polyclinique avec l’Association des amis du centre de cancérologie chénieux (AACCC).

10h : Visite colo-virtuelle pour sensibiliser au dépistage précoce. Colon gonflable pour visualiser les différents types de polypes et maladies qui peuvent apparaitre dans le côlon.

11h30 : Nutrition et activité physique. Conseils des diététiciennes et d’une coach sportive. / Le test de dépistage  : démonstration, explications, échanges avec des médecins gastroentérologues de la Polyclinique. / Traitement et vie pendant et après le cancer : conseils des oncologues, des équipes soignantes en oncologie de la Polyclinique et de l’AACCC.

15h ► Fin

A lire aussi

Sur le même sujet

Yannick Jadot et Michèle Rivasi

Les + Lus

Les + Partagés