L'eau du robinet a t-elle changé depuis le début du confinement ?

Est-elle parfaitement sûre ? Est-elle traitée différement ? A t-elle une odeur ou un goût plus forts ? La consommons-nous toujours de la même manière. On vous dit tout sur l'eau du robinet !

© cécile Gauthier
L’eau du robinet est-elle davantage traîtée depuis le début du confinement ?

Certains d’entre vous lui trouvent-ils une odeur ou un goût de chlore plus présent ?

Le chlore est la substance chimique utilisée comme désinfectant dans nos réseaux d’eau potable. Il combat la prolifération des germes (bactéries, virus) dans les conduites et jusqu’à notre robinet.

Certains gestionnaires des réseaux d’eaux dans plusieurs régions de France ont décidé d’augmenter la dose de chlore depuis le début de l’épidémie pour éviter tout risque de contamination. Un choix par pure précaution puisque selon l’Organisation Mondiale de la Santé “si la persistance du virus dans l'eau est théoriquement «possible», les méthodes habituelles de traitement des eaux «devraient désactiver le Covid-19». “

Une assertion que confirme Thierry Beyne, Directeur de la SAUR pour le Limousin et la Charente. Il explique que l’eau distribuée par la SAUR en Limousin n’est pas davantage traîtée depuis le début du confinement :

Le taux de chlore se situe actuellement entre 0,3 et 0,5mg/litre, et ce depuis les consignes gouvernementales données pour le plan vigipirate, donc bien avant le début du confinement. Nous nous assurons juste que ce taux reste bien à ce niveau. Des contrôles sont fait régulièrement. De manière automatique dans la majorité des secteurs, manuellement deux fois par semaine dans certaines zones rurales. Il peut y avoir une légère hausse du taux de chlore en cas de réajustement ponctuel.

Pour Marie Crouzoulon, responsable du cycle de l'eau à Limoges Métropole, aucun changement non plus dans les méthodes de désinfection depuis le début du confinement. Le procesus est très strict et extrêmement sécurisé. À réception des consignes de l'Agence Régionale de Santé en début de confinement les équipes de l'agglomération ont constaté que le niveau de désinfection de l'eau potable était déjà à son maximum.

Notre filière superpose trois procédés de désinfection puissants dont la chloration en troisème étape.
Il y a tout d'abord l'ozonation qui a une action virucide et bactéricide. Ensuite le traitement par rayons ultra-violets qui élimine même les spores. Puis la chloration qui possède en plus un pouvoir rémanant et agit jusqu’au robinet du consommateur. 

Un protocole soumis à de rigoureux contrôles d'un bout à l'autre de la chaîne de production.

Il y a trois niveaux de contrôles. Les contrôles automatiques, par sondes, avec contrôles permanents des intruments de mesure également. Il y a aussi les contrôles en laboratoire d'analyse. Puis les contrôles inopinés réguliers de l'Agence Régionale. Précise Marie Crouzoulon.

Tout ces protocoles ne doivent pas vous faire oublier les gestes les plus simples à savoir une désinfection régulière de vos robinetteries, on les touche avec les mains sales... 

 

© pixabay


Une baisse de la consommation ?

Oui la consommation d’eau a globalement baissé depuis le début du confinement. Mais non ce n’est pas parce que plus personne ne prend de douche. Si certains ont choisi de limiter leurs passages dans la baignoire au strict minimum ce n’est pas l’explication de la baisse globale.

C’est tout simplement la mise au point mort ou en tout cas le ralentissement drastique de l’activité économique qui fait baisser la consommation globale pour l’ensemble du territoire. Une baisse d’ailleurs bien plus importante dans les secteurs urbains, plus industrialisés, que dans les zones rurales. Sur l'ensemble du territoire qu'il gère Thierry Beyne évalue la baisse de consommation à environ 5%.

Nous constatons une plus grande variabilité que d'habitude. Les journées de beau temps, en après-midi notamment on peut enregistrer des pics de consommation que nous expliquons par l’arrosage des jardin notamment. Explique Thierry Beyne.

Pour Marie Crouzoulon l'évolution de la consommation depuis le début du confinement est en lien direct avec le territoire. L'agglomération de Limoges fournit de l'eau à 200 000 habitants : Limoges et sa métropole et 40 000 habitants des secteurs de Saint-Junien, Rochechouart et Cognac-la-Forêt. La Saur est l'un de ses opérateurs de distribution.

Sur le grand centre ville et la zone sud nous constatons une baisse de la consommation de 13%, la baisse était même de 17% lors des premières semaines de confinement. Cela s'explique simplement par l'arrêt des établissements scolaires, des activités de restauration, de la majorité des entreprises.

Sur le secteur nord et sur les communes périphériques nous n'enregistrons qu'1% de baisse de la consommation.

Et sur les secteurs les plus éloignés on a même une hausse de 8%. On l'explique par les activités de jardinage dans les zones ou les maisons individuelles sont les plus nombreuses.

© Cécile Gauthier



Et l'assainissement ?

Autre conséquence du confinement, mais celui-ci de l'autre côté de la chaîne, c'est la recrudescence de pollution aux lingettes nettoyantes ! Bien pratiques, elles permettent de désinfecter vite fait bien fait, mais attention, il ne faut surtout pas les jeter dans les toilettes nous rappelle Marie Crouzoulon.

Même s'il est écrit sur l'emballage qu'elles peuvent être jetées aux toilettes c'est un élément marketing et rien d'autre. Dans les faits, ces lingettes engorgent le système des eaux usées. Elles bouchent non seulement les canalisations internes des habitations mais engorgent tout le réseau à différent niveaux. 

Ces engorgements necessitent des interventions en urgence des agents de Limoges Métropole au plus mauvais moment. Pensez donc à les jeter dans une poubelle fermée.

 

Eliminer l'odeur et le goût de chlore
  • Laisser reposer l'eau à sa sortie du robinet, à l'air libre, dans une carafe ouverte pendant une ou deux heures pour permettre au chlore de s'évaporer.
  • La faire reposer au réfrigérateur pendant 24 heures, le froid diminue la solubilité du chlore dans l'eau. Dans ce cas fermez la carafe pour que l'eau n'absorbe ne prenne pas l'odeur des autres aliments.
  • Utiliser une carafe filtrante, ou un filtre sur le robinet.
  • Ajouter quelques gouttes de citron.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société consommation économie coronavirus : conseils pratiques
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter