Elections régionales en Nouvelle-Aquitaine : des modifications attendues pour les élus du Limousin dans l'hémicycle

Dimanche 27 juin 2021, ce sera le second tour des élections régionales. Cinq listes vont s’affronter en Nouvelle-Aquitaine, les autres ayant été éliminées au premier tour, ce qui signifie que la nouvelle assemblée va passer de 11 à 5 groupes qui seront de tailles plus ou moins importantes.

Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine compte 183 élus
Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine compte 183 élus © France Télévisions

L’assemblée régionale de Nouvelle-Aquitaine, dans son actuelle configuration, est composée de 11 groupes politiques : du PS et apparentés – 78 élus – en passant par les Républicains – 25 élus- , le Rassemblement National – 19 élus, EELV – 16 élus- le ModDem – 12 élus, sans oublier une kyrielle de conseillers régionaux appartenant à des partis traditionnels ( UDI, PRG) ou des micro-partis ( PEPS, Mouvement de la Ruralité, DINA).

Cette fragmentation étonnante s’explique par le scrutin proportionnel à deux tours avec certes une prime majoritaire qui cherche à révéler dans l’hémicycle l’hétérogénéité du corps social.

Cependant, cette année, au premier tour des élections régionales, 5 listes ont réussi à passer la barre des 10% des exprimés, condition sine qua non pour être au second tour. Aucune d’entre elles n’a donc fusionné avec une autre. Les alliances n’ont pas été possibles. Cette prise de risque se traduira dans les urnes mais aussi, au vu des règles du jeu très complexes,  par des gagnants et des perdants.

Il faut en effet  savoir que la liste arrivée en tête obtiendra, dimanche soir, d’office ¼ des sièges. Les autres sièges sont repartis à la proportionnelle à la plus forte moyenne pondérés d’un coefficient départemental.

D’ores et déjà, les calculatrices sont de sortie.

Une majorité absolue difficile à atteindre

Sachant que 183 élus siègeront au Conseil Régional et que 5 listes sont en compétition, il est possible de proposer une projection sur ce que pourrait être la nouvelle assemblée.

En partant des résultats et du faible taux de participation du premier tour extrapolés au second tour, la répartition du nombre de sièges, par groupe politique,  serait la suivante :

Une précision s’impose dans le cadre de cette hypothèse. En obtenant 90 sièges le PS et ses alliés n’obtiendraient pas la majorité absolue (92 sièges). La liste d’Alain Rousset va donc chercher à atteindre les 35%  des suffrages exprimés et donc les sièges nécessaires pour éviter, par la suite, d’éventuelles négociations, au cas par cas, et notamment à l’occasion du vote des budgets, durant la prochaine mandature.

EELV et LREM : les grands perdants en Limousin

Au-delà de cette première projection, une seconde plus fine peut être évoquée. Elle concerne directement le Limousin. En retenant le modèle de calculs précédent, la géographique politique des trois départements – Creuse, Haute-Vienne et Corrèze – laisse apparaître des singularités locales significatives.

Haute-Vienne :

Creuse :

Corrèze :

Les grands perdants en Limousin seraient donc : EELV et LREM qui n’auraient aucun représentant à la Région. Cela reste une hypothèse qui ne tient pas compte d’une éventuelle dynamique de l’entre-deux tours et d’un report de voix qui transformerait les rapports de force politiques.

Les élus du Limousin au conseil régional de Nouvelle-Aquitaine (2015)
  • Corrèze : 8 élus

Françoise BEZIAT* (LR-CPNT)
Pascal CAVITTE (PS)
Nathalie DELCOUDERC- JUILLARD* (PS)
José DINUCCI (RN)
Shamira KASRI (PS et apparentés)
Philippe NAUCHE* (PS)
Mumine OZSOY (EELV)
Christophe PATIER (LR-CPNT)

  • Creuse : 4 élus

Geneviève BARAT* (PS)
Éric CORREIA (PS)
Jérôme ORVAIN* (EELV)
Cyril VICTOR* (LR-CPNT)

  • Haute-Vienne : 12 élus

Anne-Marie ALMOSTER- RODRIGUES (PS)
Andréa BROUILLE* (PS)
Pierre COINAUD (LR-CPNT)
Alain DARBON (PS)
Vincent GÉRARD (DINA)
Guillaume GUÉRIN* (LR-CPNT)
Marie-Claude LAINEZ (UDI)
Julie LENFANT (PS)
Christine MARTY (DINA)
Jean-Louis PAGÈS (EELV)
Huguette TORTOSA (PS)
François VINCENT (PS)

*membre de la Commission permanente

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région nouvelle-aquitaine politique élections régionales 2021 élections