• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Encore de la légionelle dans le quartier de Beaubreuil à Limoges

Environ 250 logements sont concernés. / © Franck Petit
Environ 250 logements sont concernés. / © Franck Petit

Décidément, le quartier de Beaubreuil n’arrive pas à se débarrasser de cette bactérie responsable de la légionellose. De nouvelles analyses ont permis de détecter une nouvelle fois des taux anormaux.
 

Par François Clapeau

Deux fois par an, l’eau du quartier de Beaubreuil est analysée par Limoges habitat pour surveiller la présence de légionelle. La dernière cuvée est une nouvelle fois inquiétante.

 

500 personnes concernées



On recherche des "Unité formant colonie" par litre d’eau. La norme est de 10 000, les taux constatés dans certains immeubles de la rue Rhin et Danube sont de 15 000.
Les numéros concernés sont le 34, 36, 48, 50, 52, 54, 56, et 58. Cela représente 250 logements, soit environ 500 personnes.

 

Douchettes



L’eau reste potable, les habitants peuvent prendre un bain, mais il est simplement interdit de prendre une douche, car l’eau pulvérisée peut plus facilement infecter les personnes. Des douchettes spéciales équipées des filtres ont été distribuées par Limoges habitat.

Un "choc thermique" a été réalisé, avec de l’eau à 70 degrés injectée dans les canalisations des bâtiments concernés.  
A l’issue de cette manœuvre, de nouvelles analyses ont été réalisées ; leur résultat sera connu dans 3 semaines.

 

Pourquoi ça recommence ?



C’est une histoire qui se renouvelle sans qu’on parvienne à régler le problème.
Les bâtiments du quartier datent des années 70, avec des circuits de canalisations compliqués, et des parties où l’eau peut stagner et permettre à la bactérie de se développer. Seul un important programme de rénovation urbaine pourrait permettre de régler le problème durablement.

 

C’est grave ?



La légionellose est une maladie potentiellement mortelle.
Selon l’institut Pasteur, "les premiers symptômes ressemblent à une grippe (fièvre, toux sèche) suivis par une augmentation de la fièvre qui peut atteindre 39.5 °C. Le malade ressent alors des sensations de malaise, ainsi que des douleurs abdominales (nausées, vomissements, diarrhées), accompagnées de troubles psychiques (confusion, désorientation, hallucinations pouvant aller jusqu’au delirium et au coma)."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus