Fermeture en cascade d’établissements en Haute-vienne, dont 2 collèges pour cause de covid

La crise sanitaire continue de provoquer des fermetures d’établissements : deux collèges en Haute-Vienne, à commencer par l’un des plus gros en nombre d’effectif : le collège André-Maurois à Limoges. Une situation inquiétante, car les écoles aussi connaissent des fermetures de classes.

Le Collège André Maurois, l'un des plus gros établissement du département fermé pour cause de Covid jusqu'au 22 mars.
Le Collège André Maurois, l'un des plus gros établissement du département fermé pour cause de Covid jusqu'au 22 mars. © Robin Spiquel

Ce vendredi 12 mars, deux collèges sont fermés, dont le collège André Maurois. L’un des plus gros collège du département (680 élèves) est donc fermé jusqu’au 22 mars. En cause, deux cas de covid détectés chez des élèves, qui auraient été contaminés au sein de leur famille. Avec des suspicions de variants. Les cas contacts sont isolés. Cela concerne 22 enseignants sur 56 que compte l’établissement.

Les cas contacts représentent aussi 48 élèves. Ce qui correspond à deux classes. Suite à cette situation, le principal, Hervé Godillère a décidé de fermer le collège jusqu’au lundi 22 mars. 

Quatre-vingt noms des personnes cas contacts ont été transmis à l’ARS pour que ces personnes puissent être testées.

L’autre établissement fermé, c’est le collège Guingouin à Eymoutiers. Il l’est depuis mardi 2 mars, et devrait ouvrir lundi 15 mars prochain.

Il y a également l’internat Saint-Exupéry, fermé pour cause de cas de Covid, qui devrait rouvrir au 15 mars.

© France Télévisions

Par ailleurs, une classe a fermé au collège de Saint-Léonard-de-Noblat depuis le 11 mars. Egalement concernées par les fermetures, trois classes à l’école maternelle Edouard Herriot à Limoges depuis le 11 mars.

Selon l’inspectrice académique, Jacqueline Orlay, "à ce jour en Haute-vienne, 15 classes sont fermées dans le 1er et le second degré et 3 écoles fermées dans le 1er degré".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société