Fin progressive de télétravail et retour en entreprise à Limoges

Depuis le 9 juin 2021, le télétravail à 100% n’est plus une obligation. Dans le privé, un nombre de jours minimal de télétravail doit être négocié. Reportage dans deux entreprises de Limoges. 

Salariés de retour à leur travail, au Crédit Agricole, à Limoges.
Salariés de retour à leur travail, au Crédit Agricole, à Limoges. © FTV

Une réunion à cinq, dans la même pièce, avec deux autres collaborateurs en visioconférence depuis chez eux, c’est un retour à une vie professionnelle plus normale pour ces salariés au siège d’une grande banque à Limoges.

Depuis le 9 juin, le télétravail n’est plus une obligation dans les entreprises qui le pratiquaient. Avant cette date, près de 45 % des employés travaillaient encore à domicile ces derniers mois.

Aujourd'hui, la nouvelle règle, c'est deux jours de télétravail maximum par semaine, contre trois auparavant. Les salariés alternent entre eux ce qui change, tout de même, le quotidien. 

On va reprendre une vie de travail un peu plus normale. On a besoin de liens humains directs.

Béatrice Defaye, chargée de projets.

Dans les vastes salles de bureaux, on observe qu’une moitié de fauteuils ne sont pas remplis et que les plaques de plexiglas sont toujours présentes.

Fin progressive de télétravail et retour en entreprise à Limoges

"On a des jauges qui sont respectées, le port du masque bien sûr. Dans l’ascenseur, on ne monte qu’à deux" explique Sandra Penot, directeur développement des opérations Crédit Agricole.

Limites du télétravail

Dans cette autre entreprise, spécialisée dans la fabrication d’implants orthopédiques en céramique, la trentaine de salariés a limité le télétravail après le premier confinement. Le distanciel n'était pas imposé. 

En outre, l’usine de production n’a jamais cessé de fonctionner. "Je pouvais pas dire à mes salariés de rester chez eux alors qu’on doit aller en urgence parfois dans des blocs opératoires" indique André Kerisit, PDG de I. Céram.

Pour les ingénieurs et chercheurs, que l’on imagine plus aisément chez eux, le télétravail n’a pas été prisé : "on travaille en recherche et développement, énormément en équipe, avec des besoins de confidentialité. C’est donc plus facile d’être ensemble pour faire avancer les projets que chez soi" commente Evelyne Poli, docteure en chimie.

L'entreprise a aussi continué d'accueillir des stagiaires, chose rare depuis le début de la crise.

Alors que le télétravail semble s’installer dans la durée en mode hybride (sur site et à distance), les salariés soumis à ces règles vont devoir trouver un équilibre, sans être affectés par ce nouveau mode de travail.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 déconfinement