Friche des ponts à Limoges : une ouverture avancée très attendue du public, mais aussi redoutée par certains restaurateurs

Le rendez-vous de l’été des Limougeauds va ouvrir plus tôt pour cette quatrième édition. Une nouvelle qui ravit les habitants. Mais pour certains restaurateurs du centre-ville, cette ouverture avancée n'est pas toujours bien accueillie dans un contexte économique compliqué.

L’événement estival de Limoges fait son grand retour sur les bords de Vienne. La Friche des ponts ouvre ses portes du 31 mai 2023 au 2 septembre 2023.

De nombreuses nouveautés attendent les visiteurs et le lieu ouvrira donc plus tôt pour cette nouvelle saison, au grand damne de certains restaurateurs des alentours. 

Des nouveautés pour 2023

"On a envie de faire un événement populaire et de faire vivre une expérience", livre Agathe Dacoury-Tabley, l'une des cinq fondatrices.  Pour sa quatrième édition, l'ouverture se fera plus tôt que les années précédentes et sera agrémentée de soirées à thèmes : des soirées tropicales, salsa, mais aussi, pour les plus téméraires, des soirées karaokés.

Agathe Dacoury-Tabley annonce aussi le retour de la cabane des chefs avec près de 13 foodtrucks, dont trois nouveaux.Un bar à cocktail et à tapas seront aussi de la partie pour cette année. Mais ce retour ne ravit pas forcément les restaurateurs des alentours. 

"Pourquoi ne pas travailler en collaboration ?"

Ce rendez-vous estival ne donne pas le sourire à tout le monde. Certains restaurateurs, placés aux abords de la friche, prennent des mesures drastiques. "Je vais fermer dès l’ouverture de la friche. Par exemple, l’année dernière, j’ai eu des réservations un samedi. Les personnes ont annulé à cause du manque de places, prises par les personnes profitant de la friche", Pedro Vieira, cogérant du restaurant du Lambada, à moins de 500 mètres du lieu estival. 

D'autres se disent plutôt favorables à ce genre d'animations à Limoges, mais ils pointent du doigt l'ouverture avancée. "C'est tout de même 15 jours en moins de chiffre d'affaires. 2023 n'est pas forcément une bonne année avec l'inflation. Mais bon, il faut que tout le monde travaille", relativise Alicia Guizier, cogérante du restaurant Les Recollets. L'idée d'ouvrir un foodtruck sur la friche a d'ailleurs traversé l'esprit de la restauratrice.

Certains professionnels de la cuisine dédramatisent la situation. Lucas Portefaix, gérant du restaurant Au relais Louis Blanc, a remarqué qu'il ressent une baisse de fréquentation au début de saison de l’événement. "Mais bon, je pourrais ouvrir un stand à la friche si je le voulais. Puis c’est une bonne chose. Ce lieu fait vivre la ville", assure le jeune restaurateur. 

On répond à une nouvelle demande. On veut être un lieu multigénérationnel pour trois mois.

Agathe Dacoury-Tabley, co-fondatrice de la Friche des ponts

Alain Guillout, président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie de Haute-Vienne, ne porte pas un œil critique sur l'évènement. "Pourquoi ne pas travailler en collaboration ? Il faut comprendre aussi le nouveau mode de consommation de nos clients et s'adapter", témoigne le professionnel. 

Pour la co-fondatrice de l’événement, il ne s'agit pas de créer une concurrence déloyale, mais de proposer une offre alternative, une autre expérience. "En plus, cela montre que Limoges est une ville dynamique", se réjouit Agathe Dacoury-Tabley.