Fusillade à La Bastide : les deux suspects mis en examen pour tentative d'assassinat

Âgés de 21 et 22 ans, les deux suspects interpellés après la fusillade dans le quartier de la Bastide dimanche soir ont été déferrés devant un juge d'instruction et mis en examen pour tentative d'assassinat. L'un des deux individus nie les faits.

Au terme de leur garde à vue, les deux suspects, âgés de 21 et 22 ans, tous les deux résidant à Limoges, ont été présentés devant un juge d'instruction et placés en détention provisoire. Ils sont mis en examen pour tentative d'assassinat et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique. L'un des deux hommes a déjà été condamné à plusieurs reprises, notamment pour des faits de violences. L'autre a un casier vierge, mais devait comparaître prochainement devant le tribunal dans une histoire de stupéfiants. 

"Ils étaient plus de deux"

Interrogé par téléphone, Baptiste Porcher, le procureur de la République de Limoges nous donne plus de détails sur le profil des mis en cause. "L'un nie les faits, l'autre reconnaît avoir servi de chauffeur, mais sans connaître l'objectif criminel du trajet."

"On sait qu'ils étaient plus de deux à bord de la voiture" poursuit le procureur. D'autres individus ont donc pris la fuite, sans que l'on connaisse leur nombre. La police judiciaire de Limoges met en place d'importants moyens pour tenter de les retrouver.

Au moment de leur interpellation, l'un des deux individus a menacé un policier de la BAC (Brigade anticriminalité) avec une arme de poing. Un fusil de calibre 16 mm a également été retrouvé à bord du véhicule. "Les policiers ont agi avec beaucoup de sang froid, malgré les menaces avec arme". Un policier a été légèrement blessé à la cheville dans la course-poursuite.

"Les stups, une hypothèse de travail"

Bien que la fusillade se soit déroulée devant l'un des plus gros points de deal de Limoges, au 40 rue Camille-Pissarro, le ministère public refuse de confirmer pour l'heure la piste du règlement de compte. "C'est une hypothèse de travail, mais on ne se focalise pas sur cette thèse, car c'est le meilleur moyen de ne pas voir des éléments qui ne convergent pas vers cette thèse" tout en assurant qu'il peut aussi s'agir "d'une rivalité entre bandes rivales, d'un litige d'ordre privé, voire même d'une erreur sur la personne."

Les deux victimes, âgées de 16 et 17 ans, ne sont plus dans un état critique, mais elles n'ont pas encore pu être auditionnées par les enquêteurs.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité