Halles de Limoges : fermeture avant travaux

Les travaux de rénovation des halles centrales de Limoges débuteront lundi 30 avril 2018. À quelques jours du début des travaux, les commerçants ont déménagé dans un chapiteau provisoire laissant derrière eux quelques souvenirs de leurs étals. Les halles provisoires doivent ouvrir samedi 28 avril.
© Jean-Martial Jonquard - France 3 Limousin
Quelques palettes au sol, des trous aux murs, des fils électriques qui pendent, c'est un décor de désolation dans les halles centrales de Limoges. La première phase des travaux débute le 28 avril 2018.

© Jean-Martial Jonquard - France 3 Limousin
© Jean-Martial Jonquard - France 3 Limousin
© Jean-Martial Jonquard - France 3 Limousin
© Jean-Martial Jonquard - France 3 Limousin
© Jean-Martial Jonquard - France 3 Limousin
Jusqu'en juillet, il est prévu de déblayer l'endroit, d'évacuer les étals, de procéder au déplombage et au désamiantage du site. À terme (dans un an si tout va bien), les halles auront droit à une nouvelle jeunesse. Et il y a du travail quand on sait que le bâtiment est vieux de 130 ans !

Pendant les travaux...

L'activité des volaillers, primeurs, boulangers et autres tripiers continue ! Pendant les travaux, les commerçants ont bien été obligé de laisser place nette. Ils ont déménagé dans un chapiteau installé Place de la Motte. La commission de sécurité doit valider l'installation vendredi 27 avril pour une ouverture au public samedi 28. Les clients pourront fréquenter l'endroit du mardi au dimanche de 7h à 13 h (14h pour les restaurants). À noter que ces halles provisoires seront également ouvertes, exceptionnellement lundi 30 avril. 

Déménagement des Halles de Limoges

Qui, où, quoi ? 

Pour accompagner la clientèle dans ce chapiteau, la mairie de Limoges a mis en ligne un site dédié sur lequel vous pouvez, notamment, retrouver un plan de l'implantation des commerçants. Attention, le plan de circulation est également modifié aux abords des halles historiques. 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie patrimoine culture