Haute-Vienne : les chaussettes Broussaud à l'Élysée

L'entreprise haut-viennoise Broussaud participera à l'exposition Fabrication en France, à l'Élysée, les 3 et 4 juillet 2021. Également lauréate du fond de soutien à l'investissement industriel, elle bénéficie d'une subvention dans le cadre du plan de relance et ainsi développer son activité
Un savoir-faire cultivé depuis trois générations.
Un savoir-faire cultivé depuis trois générations. © France 3 Limousin-Alexandra Filliot

Les 3 et 4 juillet 2021, la société haut-viennoise Broussaud, labellisée entreprise du patrimoine vivant et origine France garanties, sera à l'Elysée, dans le cadre de l'exposition Fabriqué en France. Au total, 126 produits des quatre coins de la France seront présentés.

Une consécration pour cette marque implantée au cœur de la Haute-Vienne. "C'est surtout une reconnaissance pour les femmes et les hommes de chez Broussaud qui travaillent et produisent toute l'année. C'est pour eux et pour tout ce qu'ils font depuis plus de 80 ans", confiait Aymeric Broussaud, dirigeant de l'entreprise.

L'heureuse élue est une chaussette de ville, "la plus simple du monde", sur laquelle un coq est brodé.

Il y a près de 80 ans, l'entreprise a fait le pari de la fabrication 100 % française. Son succès est aujourd'hui sans limite.

Une entreprise 100 % locale

C'est en Haute-Vienne, au cœur du village des Cars, que l'entreprise Broussaud s'est implantée en 1938. Cette entreprise familiale a vu passer trois générations et c'est aujourd'hui Aymeric, le petit-fils qui en est à la tête. En 2021, 47 employés y travaillent.

En 2018, Broussaud, c'est 4,8 millions de chiffre d'affaires et près de 15 000 clients par an. Mais en plus de 80 ans d'existence, la société a connu des hauts et des bas.

À son apogée, le groupe compte 200 salariés. En 2006, une liquidation judiciaire survient. Aymeric Broussaud et sa compagne, Alexandra reprennent alors les rennes de l'entreprise. Un million d'euros est investi et la moitié des machines est renouvelée.

À coups de 25 000 chaussettes fabriquées par semaines, les chaussettes Broussaud sont partout. L'entreprise travaille aujourd'hui avec près de 150 marques, dont une trentaine très populaires. En 2013, elles sont même adoptées par le chanteur Stromae.

Pour écouler ses stocks, l'entreprise Broussaud a mis en place un magasin, accolé à l'usine. "Il nous permet d'écouler nos stocks. Avant nous avions des périodes de stocks qui étaient très longues. Aujourd'hui, notre stock tourne et part très vite, les produits sont mieux chez les clients que chez nous."

Après l'engouement pour le magasin éphémère installé quelque temps dans le centre de Limoges, la société a choisi de s'y implanter officiellement.

50 % des machines ont été renouvelés afin de produire des chaussettes qui se déclinent en 400 coloris selon les commandes des clients. Un studio de stylisme permet de répondre aux demandes les plus tendances.
50 % des machines ont été renouvelés afin de produire des chaussettes qui se déclinent en 400 coloris selon les commandes des clients. Un studio de stylisme permet de répondre aux demandes les plus tendances. © France 3 Limousin/A.Filliot

Développement sur internet

Depuis 2019, l'entreprise Broussaud Textiles a pour objectif de se développer sur le numérique. "Le numérique est tellement présent au sein de nos sociétés, on a besoin d'interconnecter nos services, mais aussi sur nos outils de gestion afin d'automatiser un maximum les taches chez nous, en interne", confiait Aymeric Broussaud il y a deux ans.

En 2021, la société est lauréate du fonds de soutien à l'investissement industriel dans les territoires et bénéficie d'une subvention de 414 000 euros. Ce chèque en soutien au titre du plan de relance devait permettre d'automatiser et de moderniser ses outils de production.

À terme, l'entreprise a pour objectif de recruter 13 personnes en CDI. C'est d'ailleurs un des sujets qu'Aymeric Broussaud souhaiterait aborder avec le Président, Emmanuel Macron lors de son exposition à l'Élysée. "Aujourd'hui, comme beaucoup de dirigeants, nous sommes à la recherche de personnel. Il faut arriver à valoriser le travail pour que les gens aient envie de revenir à l'industrie et dans la production".

Trois autres entreprises exposeront dès samedi à l'Élysée : Dagard (Creuse), Texelis (Haute-Vienne) et Newton (Corrèze).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mode culture économie covid-19 société