"Il faudrait que les avancées, ça soit aussi répercuté sur le quartier" : un nouveau projet résidentiel et commercial inauguré à Limoges

Situé dans le quartier du Sablard, sur 1,4 hectare, en lieu et place d'une friche industrielle, ce nouvel espace a l’ambition d’introduire un peu de mixité sociale et signe le grand retour des commerces dans une zone qui en était dépourvue. La perception de ces nouvelles constructions n'est cependant pas la même des deux côtés de l'avenue du Maréchal De Lattre de Tassigny.

"On est sur 179 logements, 1200 m² de bureaux et 1700 m² de commerces", explique Frédéric Lannes, PDG de "Le Point Immobilier-Promotion". Inauguration sous la pluie et en grande pompe pour le tout nouveau quartier, rue du Commandant Eugène Pinte. Auparavant, la zone était occupée par une usine Legrand. Elle comporte dorénavant logements, bureaux et commerces.

Les immeubles flambant neufs de trois étages jouent la carte de la mixité. Ils comptent, entre autre, "57 logements sociaux, soit cinq immeubles au total, six commerces et trois plateaux de bureaux de 400 m². Multi-opérateurs, le programme a associé le promoteur Point Immobilier, Limoges habitat et Noalis", précise le communiqué de la mairie.

Tête de gondole, une façade commerciale au rez-de-chaussée qui regroupe, pour le moment un Carrefour, une boutique du chocolatier Borzeix-Besse et la laiterie Lachaise qui produit et vend sur place. 

Un énorme programme de renouvellement urbain, une opération exemplaire pour les élus qui se félicitent de la naissance d'une entrée de ville plus dynamique et attractive. 

"Avoir un projet immobilier de ce type-là, à côté d'un quartier prioritaire de la ville, c'était un pari qui n'était pas gagné d'avance. C'est aussi ce qui crée la grandeur de ce projet, je dirais.", s'enthousiasme Catherine Mauguein-Sicard, adjointe au maire en charge de la rénovation urbaine et de l’habitat et vice-présidente de Limoges Métropole en charge de l’habitat, du logement social, de l’amélioration du cadre de vie, du renouvellement urbain.

"On pourrait presque dire, il y a les pauvres d'un côté et les riches de l'autre"

En face, c’est le quartier du Sablard et ses constructions massives des années 60 et 70. Les habitants, unanimes, saluent l’arrivée des commerces. Depuis quelques années, la seule supérette du coin était fermée. 

"C’est très bien, ça rend bien service, c’est ce qu’il manquait", explique un habitant du quartier depuis plus de 50 ans. 

"Je suis très satisfaite des commerces qui redonnent vie au quartier. Avant, pour des petites courses vite-fait, il fallait aller hyper loin. Maintenant, c'est à côté, on peut taper la causette, c'est très bien", explique une jeune femme. 

Mais certains habitants aimeraient que l’argent du renouvellement urbain ruisselle aussi de ce côté de l’avenue. Les conditions de vie et l'ambiance dans le quartier se dégradent progressivement. Un homme a même été tué à l'arme blanche dans le quartier en 2023. 

"On pourrait presque dire, il y a les pauvres d'un côté et les riches de l'autre. Les logements qui sont là-bas, ils ont tout le confort alors qu'ici, ils nous font du neuf sur du vieux et ce n'est pas possible, on ne peut pas rétablir, ça fait un gros contraste", pointe une habitante historique de la cité.

"Ça peut être un plus, après, il faudrait que les avancées de ce qui a été amené là, ça soit aussi répercuté sur le quartier par des investissements des institutions. Ça reste un quartier prioritaire, et il y a eu très peu d'investissement en dix ans", déplore Cédric Rabahallah, membre du conseil citoyen du Sablard.

Un nouveau bâtiment doit encore sortir de terre, le chantier va débuter au mois de septembre. Il accueillera des bureaux, un opticien et une pharmacie. Pour les habitants des gros ensembles du Sablard en revanche, il va falloir être patient, la rénovation devrait avoir lieu, au plus tard d'ici à 2034.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité