Images chocs de l'abattoir de Limoges : contrecoup chez les professionnels

Video L214 à l'abattoir de Limoges : la réaction de la filière viande
Rencontre des professionnels de la filère viande en limousin après la diffusion de la vidéo de l'association L214 à tournée à l'abattoir de Limoges. •Hugues Burgalière, boucher à Feytiat •Yves De Launay, éleveur à Eymouhiers • Thierry Raboisson, vétérinaire -  Franck Petit et Rodolphe Augier

Au lendemain de la révélation des images de l'abattoir de Limoges sur l'abattage des vaches gestantes, les professionnels de la filière viande accusent le coup. Il faut désormais faire preuve de pédagogie pour restaurer la confiance des consommateurs. 

Par France 3 Limousin

Des clients choqués, un chiffre d'affaire en recul, voilà à quoi est confronté le boucher que nous avons rencontré. Au lendemain de la diffusion, par l'association L214 d'une vidéo montrant l'abattage de vaches gestantes à Limoges, les professionnels de la filière viande n'ont d'autres choix que de faire de la pédagogie. 

Du coté des éleveurs, celui chez qui nous sommes allés nous affirme ne jamais envoyer une vache gestante à l'abattoir. 

Au niveau éthique et au niveau économique, nous n'avons aucun intérêt à envoyer une vache et son veau à l'abattoir


Quand un animal est réformé et va donc être tué pour sa viande, il subit une échographie.  Mais celle-ci n'interviendrait pas forcément juste avant son départ pour l'abattoir. Cela expliquerait des accidents

Quant à l'idée que la qualité de la viande d'un vache portant un veau est meilleure, les professionnels sont catégoriques : c'est faux. 

Sur le même sujet

Les + Lus