JO de Paris 2024 : le sport au cœur des territoires avec la construction de sept dojos en Haute-Vienne

Plus sur le thème :

La Fédération Française de Judo et l’Agence nationale des sports ont proposé la création de 1000 Dojos mis à disposition des clubs affiliés, en réhabilitant des locaux vacants appartenant aux communes. L’idée, c'est que les jeux ne profitent pas qu’à Paris et sa périphérie et d’amener le sport au cœur des territoires, particulièrement dans le monde rural. En Haute-Vienne, 7 Dojos sont en cours de création. Exemple à Magnac-Bourg.

Tout près de la mairie de Magnac-Bourg, une friche industrielle, un ancien atelier de boulangers, est en pleine ébullition. Des ouvriers se pressent à l'intérieur et sur les murs, une artiste locale, Sëma Lao, s'affaire. Une immense fresque de 150 mètres carrés, très colorée, va bientôt dévoiler le visage de Fanny-Estelle Posvite, célèbre judoka haut-viennoise, une des trois meilleures de France. Elle va donner son nom à l'immense dojo qui est en train de voir le jour à l'intérieur. Ce sera le deuxième plus grand de Haute-Vienne. 

"Ce dojo va faire plus de 300 mètres carrés au sol avec toilettes et vestiaires. La surface du tatami sera de 168 m². Le but du jeu, c'est de réhabiliter d'anciens locaux désaffectés ou en friche pour les faire revivre en complexes sportifs", explique Cédric Laurent, conducteur de travaux pour Eiffage.

Réhabiliter des bâtiments existants plutôt que construire du neuf. C’est une des conditions fixées par la Fédération Française de Judo et l'Agence nationale du sport qui assument près de 85% du coût. Une incroyable aubaine pour la commune. Depuis longtemps, elle voulait faire quelque chose de cette friche.

"La commune n’a pas la compétence ni en sport, ni économique et industrielle. Ce qui fait que nous ne pouvons pas être maîtres d'ouvrage puisqu'on n'a pas le droit à des subventions. On était dans cette expectative, on voulait faire quelque chose de sportif, on ne savait pas trop comment et tout à coup le ciel s'éclaire, la lumière vient et toc ! On a sauté sur l'occasion", se réjouit Éric-Olivier Lochard, premier adjoint au maire de Magnac-Bourg.

L'idée a été soufflée à l'équipe municipale par Adrien Lacombe, entraîneur de l’Alliance Judo Limoges 87 à Magnac-Bourg. Le club est présent depuis 2018 dans la commune, mais un peu à l’étroit dans une salle de 60m². À la rentrée, les petits judokas en herbe vont pouvoir s’ébattre sur un tatami trois fois plus grand. L’occasion pour le club de recruter de nouveaux adhérents et d’étoffer son offre sportive. C'est précisément l'idée de la fédération qui, avec cette opération, veut donner plus de moyens au club et développer la pratique dans les territoires.

"Pour l’instant, on ne fait des cours que le mercredi soir. L'année prochaine, on va proposer des cours le lundi, le mercredi et le vendredi. On va aussi proposer des stages pendant les vacances scolaires et les week-ends". Le club va ainsi pouvoir accroître son nombre de licenciés et passer de 35 à 85 membres. Il pourrait également créer un emploi.  

Le bâtiment sera livré le 15 juin. Six autres Dojos sont construits en Haute-Vienne pour 1,2 million d’euros, faisant du département le principal bénéficiaire de l’opération en Nouvelle-Aquitaine.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité