Jordan Hovis, un californien sur Youtube, depuis Limoges !

Depuis 2017, Jordan Patrick Hovis, un américain originaire de Californie, vit et travaille à Limoges. Pendant le confinement, il a enfin pu créer sa chaîne Youtube, pour livrer avec humour et sincérité, des pans de sa vie, sa vision de la France et même faire découvrir sa cité d'adoption !

Jordan Hovis, "american boy next door"... Oui, mais à Limoges et sur Youtube !
Jordan Hovis, "american boy next door"... Oui, mais à Limoges et sur Youtube ! © Jordan Hovis
De Santa Clarita, ville jouxtant Los Angeles au nord, jusqu'à Limoges... Soit 5741 miles, ou 9240km ! C'est l'itinéraire peu banal d'un jeune américain de 29 ans, Jordan Patrick Hovis.

Après une jeunesse californienne, il se lance dans des études d'économie et de business.
Diplômé aux États-Unis, Jordan, comme beaucoup de compatriotes de son âge, s’octroie une pause pour voyager. Un périple qui va le mener notamment en Suède, en Allemagne et à Paris.

Là, il décide de parfaire son cursus universitaire, et intègre une école de commerce, d'où il ressortira avec un Master.
S'acclimatant très bien à la Ville Lumière, il y reste et trouve du travail.
Parallèlement, il prend des cours de français, puisque son école de commerce était internationale, et qu'on y parlait donc principalement anglais. Ses rudiments de français, il les avait acquis en travaillant dans une boutique de vêtements, sur les Champs Élysées, durant ses études.

Bien qu'adorant Paris ( « Oui, je sais, c'est très cliché pour un américain », dit-il), au bout de trois ans, Jordan éprouve le besoin de changer d'air. Notamment, parce qu'il veut rester en France.

Je voulais m'intégrer encore plus dans la société française. Mais Paris, c'est différent. Si je voulais progresser, il fallait absolument que je quitte Paris.


En prospectant, il trouve un CDD dans une société de transport forestier, à Oradour-sur-Glane, en Haute-Vienne.
Il ne connaît pas la région mais qu'à cela ne tienne, le voilà en Limousin, très vite d'ailleurs séduit.
 
Jordan dans l'entreprise qui l'emploie, à Oradour-sur-Glanne.
Jordan dans l'entreprise qui l'emploie, à Oradour-sur-Glanne. © Jordan Hovis
 

Ici, c'est très différent. La communauté, on dit bien communauté ?, est plus petite, alors on connaît beaucoup plus de gens, c'est beaucoup plus familial. Il y a plus de fraternité. Les gens s’intéressent plus à vous qu'à Paris, on peut plus facilement lier connaissance.
Et puis c'est encore un cliché, mais tu sais, nous les américains, on est fasciné par les vieilles pierres, tout ce qui a un côté historique, un passé, un vécu, ce qu'on n'a pas aux États-Unis, parce que c'est une jeune nation.
Alors Paris est fabuleuse bien sûr, mais ici aussi. Même Oradour ! Évidemment, l'histoire y est tragique, mais être confronté même à un tel passé, vous ne pouvez pas comprendre. Et puis là-bas, les gens sont charmants !
Pareil à Limoges.


Limoges, où il habite dès le départ.

J'adore la rue de la Boucherie, avec ses maisons en bois (comprendre à colombages). Je n'avais jamais vu ça. Et puis les rues pas droites, c'est très exotique. Chez moi, les rues, c'est horizontal, vertical., point On croirait que tout a été développé à partir de l'automobile. Ici, non !

 
© Jordan Hovis
© Jordan Hovis


Jordan Hovis adore également la mairie de Limoges, un bâtiment forcement féerique à ses yeux californiens.

Et puis le cadre de vie est très agréable, surtout comparé à Paris. La nourriture aussi. The way of life, c'est « tranquillou » (sic)!
Tiens, un autre cliché, les escargots. Quant ma mère est venue me voir, elle a goûté. Pas beaucoup mais bon. Moi ce que j'aime là-dedans, c'est la persillade.
Je suis aussi allé trois fois à la Frairie des Petits Ventres (that's amazing!), j'y ai goûté des cœurs de... de poulets ? Non de canards, c'est ça. Je vais dire que c'est intéressant. Les animelles ? Les couilles de moutons ? Non je ne connais pas, dis comme ça, ça ne fait pas envie, mais il faudra que j'y retourne, pour au moins connaître.
Ce que j'aime surtout, c'est le boudin noir, je m'en suis fait encore avant hier.
Par contre, ce que je ne comprends pas, c'est votre amour de la mayonnaise.


Une vie professionnelle qu'il aime, d'autant que son CDD s'est transformé en CDI, un cadre de vie idem, une vie sociale tout autant, puisqu'aux amis qu'il s'est fait dans son entreprise se sont ajoutés ceux du club de tennis de Couzeix qu'il fréquente, ou encore d'autres d'établissements de la rue de la Soif (la rue Charles Michel), ses loisirs, entre apéros, barbecues, pique-niques, pétanques (« je ne connaissais pas, j'adore ! ») et randonnées....

Jordan apprécie tellement sa vie française qu'en début d'année 2020, il lance les démarches pour obtenir sa naturalisation ! Après le dossier et les entretiens, qu'on lui avait dit concluants, il espérait l'obtenir entre l'automne et le début 2021... Jusqu'au début de l'épidémie, et au confinement !

Très intégré dans sa vie française, Jordan Hovis a donc vécu le début de l'épidémie, et les annonces du confinement, avec un œil plus français qu'américain. Il respecte donc les mesures, et leur trouve une utilité.
Pour autant, il s'est retrouvé professionnellement, comme beaucoup, d'abord à mi-temps, puis au chômage partiel.

Alors il s'est interrogé sur quoi faire de ce temps libre, qu'il n'avait au final jamais véritablement eu, sur comment l'utiliser, dans une optique, très américaine, de progression.

Depuis longtemps, Jordan avait envie de créer une chaîne sur Youtube, mais sans jamais franchir le pas. Alors il a regardé, étudié, appris le codage, l'intégration, le cadrage, les bases...

Et depuis deux mois est né Califo.Ricain, sa chaîne, où il publie en moyenne deux fois par semaines, des « Wine-o-clock Wenesday », que l'on pourrait traduire par « des apéros du mercredi », en américain, et des « Dimanches de ouf ! », in french dans le texte, et dans les vidéos !
 
Jordan, travaillant sur sa chaîne Youtube.
Jordan, travaillant sur sa chaîne Youtube. © Jordan Hovis


Il s'y met en scène, parfois de manière interactive, pour parler, entre autre, de culture, de mode de vie, de sport, mais aussi de ses démarches, façon tutoriel, pour obtenir la naturalisation, également faire des comparatifs entre la France et les États-Unis, battre en brèche (ou non) les clichés liés aux deux pays, souvent de manière très humoristique, ou encore de choses très personnelles.
 
Jordan en plein enregistrement !
Jordan en plein enregistrement ! © Jordan Hovis


Toutes ses vidéos débutent par un joyeux et de plus en plus assumé  Hello, dear fellow citizens of the World (Salut, chers compagnons citoyens du monde).

L'une de ses dernières publications, qui lui prennent en moyenne six heures de travail réparties sur deux jours, était une sympathique ballade, avec masque, dans SON Limoges confiné.
 

Craignant d'avoir moins de temps avec la reprise du travail, Jordan a tenté de mettre les bouchées doubles pour avoir quelques numéros d'avance (la prochaine livraison est prévue pour ce dimanche 3 mai, aux alentours de 20h), mais il y a trop pris goût pour arrêter.

Califo.Ricain, la petite chaîne qui monte, de Jordan Hovis, le « Calimougeaud » à connaître !
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite coronavirus : envie d'évasion santé société internet économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter