Journée des droits des femmes : comment soigner les prostituées ?

© Remi WAFFLART / Maxppp
© Remi WAFFLART / Maxppp

La prostitution en Limousin est une réalité comme partout ailleurs en France. Ces femmes se trouvent bien souvent en situation de précarité sanitaire. L'objectif des associations : apprendre aux prostituées à devenir autonomes en matière de santé. 

Par Hélène Abalo

Il y aurait en France, 30 000 personnes prostituées voire 37 000 selon l'enquête Prostcost (Mouvement le Nid, 2015) et ces personnes en situation de prostitution sont "3 fois plus nombreuses que dans la population générale, à âge égal, à déclarer être dans un état de santé moyen, mauvais ou très mauvais". Alcool, tabac, drogue, IVG, hospitalisations, médicaments… les coûts directs médicaux s'élèveraient à 86 millions d'euros. 

Les données sur la prostitution sont nombreuses, mais présentent, selon les études, des écarts parfois important. Néanmoins, les facteurs de risque sanitaires et de vulnérabilité sont bien connus.

Ainsi, en 2016, la Huate Autorité de Santé soulignait "l’importance de poursuivre les politiques de prévention et de dépistage, notamment les actions de réduction des risques par le biais d’acteurs de proximité tels que les associations et les professionnels de santé". C'est que fait l'association AIDES au quotidien. L'État verse 170 000 euros par an à l'association pour le Limousin et Poitou-Charentes. 

À Limoges, elles seraient une centaine à vendre leur corps dans la rue. 

L'après-midi, ce sont généralement des femmes originaires des pays de l'est, Bulgares, Roumaines, le soir personnes nigériennes. On trouve aussi des étudiante, des mères de famille, des personnes retraitées. 

La santé des prostituées, le travail des associations
La prostitution en Limousin est une réalité comme partout ailleurs en France. Si bien que l'association Aides a décidé de partir à la rencontre des travailleuses du sexe pour se préoccuper de leur santé. L'objectif de Aides est d'apprendre aux prostituées à devenir autonomes en matière de santé ... Pour cela, l'État verse 170 000 euros par an à l'association pour le Limousin et Poitou-Charentes - Intervenante : Carole Desachy, animatrice Aides Limoges - Reportage : Franck Petit et Eric Boutin Montage : Chrystèle Reynard

En France, 85% des personnes prostituées sont des femmes, 93% sont étrangères, principalement originaires d’Europe de l’Est (Roumanie et Bulgarie), d’Afrique de l’Ouest (Nigéria) et de Chine. 

Il ne s'agit pas de faire la morale à ces prostituées, mais de leur apprendre à pousser les bonnes portes pour se soigner ou même si elles le souhaitent, quitter la prostitution. C'est ainsi que peu à peu, Carole Carole Desachy, animatrice Aides Limoges, parvient à obtenir la confiance de ces femmes. Rosy a 55 ans. Elle a cessé de se prostituer il y a un an. Elle est atteinte du SIDA depuis 2006. Grâce à l'association, désormais elle se soigne et a pu trouver un appartement même si elle continue de vivre isolée, loin de ses 6 enfants ... par honte. 

J'ai besoin d'être seule parce que parfois j'ai des symptômes, des nausées, des diarrhées, je ne mange pas. J'ai besoin d'être seules sans que personne ne me connaisse. Je n'ai plus de force, car je suis trop stressée. Je vois un psychologue, je prends des médicaments contre le stress. 

Selon la Haute Autorité de Santé, "la prévalence de l’infection par le VIH chez les femmes prostituées n’est pas plus élevée que chez les femmes en population générale" mais d'autres facteurs, comme la vulnérabilité psychologique ou la précarité sociale, économique ou administrative augmente le risque d’être exposé au VIH.  Pour Carole, la bénévole d'AIDES, le stress parfois liées au mensonge, "parce qu'on se cache, qu'on n'assume par forcément. Cela peut être aussi un stress lié à la situation de prostitution qui est propice aux agressions.
 

51 % des personnes prostituées ont subi en 2015 des violences physiques dans le cadre de la prostitution, 64 % ont subi des insultes, des actes d'humiliation ou de stigmatisation

L'accompagnement de ces femmes très fragilisées se fait au cas par cas, y compris pour les escort girls que l'on trouve sur internet, une prostitution très discrète, mais de plus en plus fréquente. 
 

En France, 62 % des personnes prostituées se prostituent sur internet, 30 % dans la rue et 8 % dans les bars à hôtesse ou dans les salons de massage. 

Il y a également la prostitution en milieu rural, chez les étudiants, chez les homosexuels, ou même itinérante, des populations avec lesquelles il est difficile d'entrer en contact.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne

Les + Lus