La banque alimentaire de la Haute-Vienne enregistre une forte hausse de bénéficiaires ce trimestre

Ces derniers mois, avec la conjoncture actuelle, la banque alimentaire de la Haute-Vienne doit faire face à une forte hausse de bénéficiaires et certains produits basiques comme les pâtes commencent à manquer.

2.000 nouveaux bénéficiaires ont été recensés par la banque alimentaire de la Haute-Vienne ce trimestre. Une précarité grandissante contrairement à la quantité de denrées alimentaires collectées. 

"C'est incroyable j'en reviens pas ! C'est la première année où l'on tombe en panne de pâtes", s'inquiète Mireille Brechet, la présidente de la banque alimentaire de la Haute-Vienne. Et pour cause, l'association comptabilise près de 8.000 bénéficiaires supplémentaires en trois ans, pour atteindre environ 22.000 bénéficiaires à l'heure actuelle. Un chiffre qui ne cesse de s’accroître ces derniers mois, avec la baisse du pouvoir d'achat des ménages.

2.000 bénéficiaires supplémentaires au dernier trimestre 

Parmi les nouveaux bénéficiaires, Mireille Brechet note notamment la présence de réfugiés ukrainiens qui n'ont aucune ressource financière. "On a aussi de plus en plus de retraités qui vivent seuls. La retraite ne suffit plus, c'est ce que nous font remonter les associations et des familles qui vivent des minima sociaux et qui ne peuvent plus s'en sortir", complète-t-elle. 

Beaucoup de familles se retrouvaient sans argent à partir du 15 du mois. Maintenant, avec l'inflation, à partir du 10, ils n'ont plus un euro en poche !

Mireille Brechet, présidente de la banque alimentaire de la Haute-Vienne

Parmi ces bénéficiaires, certains "n'arrivent même pas à acheter de la viande une fois par mois ", ajoute-t-elle.  Avec la rentrée, la banque alimentaire s'attend aussi à voir revenir les stagiaires et les étudiants, qui ont souvent travaillé durant l'été. Ainsi, l'épicerie étudiante qui a rouvert ses portes le 31 août a été prise d'assaut, si bien que " tout est parti en une journée ".  Ainsi, la présidente s'inquiète de constater que " l'ascenseur social fonctionne de moins en moins bien ".

Plus assez de dons

Alors, pour subvenir à la demande croissante, l'association aurait besoin de plus de denrées, mais le " problème actuellement, c'est que l'on reste sur 2.000 tonnes distribuées par an (...). On pourrait essayer de distribuer plus, mais nous n'avons pas assez de produits." 

Plus de pâtes ni d'huile ou de plats préparés, par exemple, qui sont habituellement des produits dont l'association ne manque pas. Ce jour-là, la banque alimentaire a acheté pour 6.000 euros de viandes, une dépense conséquente pour la structure qui regrette de manquer de dons et de subventions.  

Moins connue que certaines associations avec lesquelles elle travaille, comme le Secours populaire, la banque alimentaire manque toujours de dons privés pour alimenter ses 100 points de distribution et approvisionner ses six épiceries solidaires. 

Elle appelle donc les particuliers qui le peuvent à faire des dons et attend avec impatience sa collecte annuelle à la fin du mois de novembre pour renflouer ses stocks. De plus, la présidente tient à souligner que les achats réalisés avec ces dons sont toujours des produits locaux et sont également redistribués uniquement dans la département de la Haute-Vienne. 

Enfin, pour ceux qui préféreraient donner de leur temps, la banque alimentaire manque également de bénévoles, eux aussi touchés par la hausse des prix du carburants, devant donc limiter leurs venues au sein de la structure.