La pâte à la madeleine des étudiants de l’IUT de Limoges

Des étudiants de 2ème année du département génie biologique de l’IUT de Limoges ont étonné tout le monde en créant une pâte à tartiner à base de madeleine.

Les petits génies en pleine séance de dégustation !
Les petits génies en pleine séance de dégustation ! © André Abalo

Il faut que vous imaginiez le brainstorming entre un groupe d’étudiants convaincus par son projet et des professeurs quelque peu sceptiques : « mais une madeleine, ça se tartine pas ! Vous êtes sûrs que vous ne voulez pas au moins rajouter des pépites de chocolats à votre recette ? »

Mais Etienne Bertrand et Naïma Saad, tous deux enseignants au département génie biologique de l’IUT du Limousin, ont vite compris que le mieux était de laisser faire les surdoués : « Quand on guide un projet tutoré, ce n’est pas forcément nous qui avons raison. D’ailleurs, ils ont essayé d’ajouter des pépites de chocolat et c’était pas bon ».

 

Un goût d’enfance

Léa Palleaux, Flore Quiniou, Camille Robin, Emilien Pichonnaud et Loïc Regnier sont donc étudiants à l’IUT de génie biologique de Limoges.

Ils ont tous un point commun : ils aiment les madeleines. Pour Flore, «c’est un produit qui fait partie de notre enfance ».

Emilien a quelques bases de pâtisserie. Alors pour convaincre ses professeurs du bien-fondé du projet, il a dans un premier temps concocté une recette toute simple à base de madeleine, d’huile de pépin de raisin, de sirop de glucose et de chocolat blanc.

Tout le monde a apprécié. Il existe déjà des shampoings, gels douches ou yaourts au goût de madeleine. C’est ce qui a fini de convaincre les professeurs. Le groupe s’est lancé dans l’aventure.

Le nutriscore est C. Ils espèrent alléger encore leur recette.
Le nutriscore est C. Ils espèrent alléger encore leur recette. © André Abalo

Concours Fou d’ID

Parrainés par les madeleines Bijou de Saint-Yrieix-La-Perche qui ont accepté de leur fournir la matière première, les étudiants ont élaboré une pâte bien moins calorique que celles au chocolat dont se gavent les enfants.

Elle est composée à 50% de madeleine, de lait de la laiterie des Fayes (en Haute-Vienne), de sucre de canne, d’huile de colza et de lait en poudre.

Il a fallu beaucoup de goûteurs pour élaborer une recette somme toute assez simple.

Avec ce mélange miracle, ils ont participé au concours Fou d’ID de la Rochelle. C’est un concours régional de créativité et d’innovation agroalimentaire.

Covid oblige, ils ont présenté leur projet le 6 avril 2021 en distanciel. Le jury doit délibérer le 29 avril.

 

Emballage éco responsable

La pâte à la madeleine est emballée dans un mug en verre transparent réutilisable. Le couvercle a été conçu par un professeur du département Génie mécanique à l’aide d’une imprimante 3D. Le logo a été imaginé par Kevin Gallot, un graphiste. Il a été imprimé par l’entreprise Dussartre, basée à la Geneytouse.

Bref, si avec tout ceci, ils n’obtiennent pas au minimum un prix, on n’y comprend plus rien.

L’expérience est quoi qu’il en soit une réussite puisque l’IUT est censé les préparer directement à la vie professionnelle.

La plupart des étudiants du département génie biologique poursuit cependant ses études en école d’ingénieur ou licence professionnelle agro-alimentaire.

 

Reportage Caroline Huet, André Abalo, Chrystelle Reynard.

Intervenants : Flore Quiniou, étudiante en 2e année DUT Génie biologique ; Etienne Bertrand, enseignant au département Génie biologique ; Emilien Pichonnaud, étudiant en 2e année DUT Génie biologique.

La pâte à la madeleine des étudiants de l'IUT de Limoges

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
innovation économie gastronomie