Le Limoges CSP s'impose aisément face à Gravelines et assure son maintien sportif

Avec un début de match tonitruant, une défense retrouvée, une solidarité et une combativité sans faille, le CSP a su se rendre le match facile contre Gravelines, s'imposant 88-63 au final. Mathématiquement, le maintien sportif est assuré, à deux journées de la fin du championnat. L'occasion d'une belle conférence de presse. Mais reste désormais à attendre le 15 mai prochain…

Normalement, au Limoges CSP, la fin avril a une odeur particulière : celle des phases finales, celle des matchs à quitte ou double, celle des grandes épopées...

Mais comme à Beaublanc, il n'y a que rarement du normal, ce n'était pas franchement le cas ce mardi soir. Oh, il y avait du monde, mais pas jusqu'à la gueule. Oh, il y a eu de l'ambiance, mais pas celle des grands soirs. Oh, il y a eu de la joie, mais pas totalement débordante...

Il faut dire, le CSP n'a pas validé son billet pour des horizons glorieux, n'a pas renversé une rencontre au bout du money-time, n'a pas battu son meilleur ennemi. Non, rien de tout cela.

Juste livré un match sérieux face à une équipe nordique qui, si elle ne manque pas d'atouts, n'en avait que peu ou pas à proposer en cette soirée.

Juste validé un maintien, bien loin des critères escomptés, aussi sûr sportivement que fragile administrativement.

D'où ce sentiment mitigé, fait de plaisir, un peu, de soulagement, beaucoup, et de regrets, énormément !

Un match sérieux et (presque) basta

19-13, 23-13, 15-13 et 31-24. C'est sec, net et précis, et explique cette victoire facile, contre un Gravelines sans doute émoussé par sa dernière partie et son long déplacement. Mais comme disait l'autre, "C'est un peu court, jeune homme ! On pouvait dire… Oh ! Dieu ! … Bien des choses en somme".

Car comme évoqué, la défense fut sévère, laissant, pour une fois, la raquette limougeaude presque sereine, et l'extérieur, presque inviolé.
Il n'y eut que 9 ballons perdus, pour 21 passes décisives.
Il y eut, devant comme derrière, une solidarité, une combativité, presque sans faille.
Il y eut de la joie, même du plaisir à jouer ensemble, comme en témoigne ce 108 d'évaluation collective.
Il y eut un grand Nicolas Lang (26 poins à 8 sur 13, dont 3 sur 6 à trois points).
De précieux Udanoh, Nikolic, Nenadic, Chassang, sans parler de tous les autres, au rendement moins clinquant, mais à l'apport tout aussi brillant.
Il y eut même pour une fois la rentrée des trois minots, Gessat, Mouhri et Nkombou, que Beaublanc ne manquât pas de saluer.

Bref, un groupe, comme peut-être pas assez souvent cette saison, mais qui méritait d'être salué en conférence de presse, et par son entraîneur, et par son capitaine.

On a été sérieux du début à la fin. Avec rigueur, discipline, et puis défensivement, là, on a fait le travail, donc ça fait plaisir. C'est une belle soirée.

Jean-Marc Dupraz

Entraîneur du Limoges CSP

C'est une belle soirée pour tout le monde. Entre samedi et ce soir, c'est une belle période pour nous. Tout le monde peut être fier.

Nicolas Lang

Capitaine du Limoges CSP

Une victoire qui assure le maintien (sportif)

Alors qu'il avait été remis à plat, il n'y a que quelques semaines à peine, le calendrier est à nouveau chamboulé.

Ce mardi soir, Limoges compte 32 matchs, quand d'autres n'en ont que 29 au compteur. Mais une chose est sûre : le CSP ne peut plus finir à l'une des trois dernières places, synonymes de descente en Pro B. Plus sportivement en tout cas.
C'est loin des standards, mais vu la saison, ce n'est pas si mal.

"L'an dernier, on s'est fait peur jusqu'à la fin, mais là, cette année... Alors là, cette année ! Je n'ai pas l'habitude de regarder le fond du classement, de voir qui va jouer le maintien... Déjà, ne pas jouer les play-offs, ça a une incidence, mais le maintien, voire la descente, c'est autre chose. Ce n'est pas agréable. Je ne suis pas arrivé à Beaublanc aujourd'hui en me disant que c'était fait. Tu perds ce soir, tu commences à regarder, à cogiter, tu ne sais jamais ce qu'il peut se passer. Là, au moins, c'est fait. Au revoir ! C'est beaucoup de soulagement." Nicolas Lang, capitaine du Limoges CSP.

Bien entendu, le maintien et une chose importante, pour le club, pour ses salariés, pour le public, ça aussi c'est une satisfaction.

Jean-Marc Dupraz

Entraineur du Limoges CSP

Une victoire, ou un maintien, qui laissent des regrets ?

Les deux victoires retirées par sanction pèsent lourd, au soir de ce 23 avril. Deux succès en plus, et ce n'est pas le maintien que le CSP jouait, mais encore la qualification pour les play-offs. Et forcément, cela trotte dans les têtes, même en sourdine...

"La saison, les sanctions, ça laissera forcément des regrets, mais voilà, c'est comme ça. Les joueurs ont su passer à autre chose, ils l'ont fait, et plutôt bien. Mathématiquement, on aurait peut-être pu aller en play-offs, mais... On ne va pas refaire l'histoire", Jean-Marc Dupraz

"Oui, clairement, il y a un goût d'inachevé. On a sans cesse cette saison navigué à vue, mais... Mais c'est comme ça. Sur les deux derniers matchs, on a bien progressé, surtout sur la défense. Donc ça laisse des regrets. Mais il aurait fallu le faire avant, contre un Top 5... Mais le 11 mai, ce sera fini, basta !" Nicolas Lang

D'autant plus de regrets en cette soirée où, on le redit, c'est le groupe, sportif, qui fut exemplaire. Non seulement les joueurs, mais au-delà. Et cela fut salué.

"C'est un groupe sain, qui vit bien, avec des bons gars, qui est solide, qui est soudé. Cela se voit sur le terrain, mais aussi tous les jours à l'entraînement. Ils aiment être ensemble, ferrailler ensemble, c'est un groupe qui a beaucoup de qualités. Jusqu'aux jeunes, qui jouent le jeu, qui s'entraînent bien, et qui donc, quand il y a une fenêtre, peuvent être sur le terrain, c'est bien pour eux, pour le club", Jean-Marc Dupraz.

"Pour vous dire jusqu'où ça va, il y a un gars que j'ai beaucoup apprécié cette saison, c'est même l'un des plus grands pros que j'ai jamais vu de ma vie : c'est le kiné allemand, Kilian Flierl. Le gars, il arrive à peine au club, et il a tout fait. ! Masseur, team manager, kiné, il a tout fait. Le gars, il n'est même pas chez lui. Et il y a un bordel qui se passe, ceux qui l'ont recruté, ils ne sont même plus là, mais le mec, il arrive tous les jours, au boulot ! Il a tenu son rôle à la perfection. S'il n'est pas là, je ne suis pas sûr qu'on se maintienne !" Nicolas Lang.

Et maintenant ?

Il reste encore deux matchs au CSP pour terminer sa saison. Le 4 mai prochain, au Mans, et le 11 mai, contre Bourg, pour la der à Beaublanc.

Deux matchs bizarres, sans enjeux ou presque, mais que, nous assure-t-on, personne ne veut lâcher.

Les deux matchs ? J'aimerais quand même bien gagner une dernière fois à l'extérieur, et c'est la dernière occasion... Après, la der à Beaublanc, on a quand même eu des beaux matchs ici, de belles ambiances, donc oui, il faudrait bien finir.

Nicolas Lang

Capitaine du Limoges CSP

Et après ?

C'est bien tout le problème. Et après commencera une période d'incertitudes, pour ne pas dire d'angoisses, pour le CSP.

À commencer dès le 15 mai, date sinon fatidique, du moins cruciale pour l'avenir même du club. Mais qui ne sera sans doute pas définitive. Donc après...