"Le livre dont vous êtes le héros" : une soirée pour dépoussiérer la lecture

Grand bazar à la BFM de Limoges, jeu de rôle à Saint-Junien, voici deux belles initiatives organisées pour la nuit de la lecture. L'idée : séduire les plus jeunes, mettre le livre en mouvement et pourquoi pas décrocher des réseaux sociaux le temps d'une soirée.

Acrobaties sur les étagères consacrées aux romans historiques, envolées parmi les rayonnages de bandes dessinées, les comédiens, mimes, danseurs, acrobates et musiciens de la compagnie Baraka ont un terrain de jeu exceptionnel à l'occasion de cette nuit de la lecture.

Ayant choisi la thématique du corps, en écho aux Jeux Olympiques à venir, la bibliothèque francophone multimédia (Bfm) de Limoges les a invités à bousculer une possiblement paisible soirée lecture. "Cette soirée, c'est une carte blanche pour le public, mais aussi pour les artistes qui s'approprient la bibliothèque. Ils nous la transgressent, ils nous la mettent sens dessus dessous, et je fais confiance à Baraka pour bouleverser l'ordre documentaire auquel on est si attaché, et nous surprendre" confiait Julien Barlier, directeur de la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges, juste avant l'arrivée du public.

Jeu de rôles grandeur nature

À Saint-Junien non plus, les participants à la nuit de la lecture ne risquaient pas de s'endormir dans leur fauteuil entre deux chapitres. Ils avaient pour mission d'aider les héros à triompher de labyrinthe de la mort. 

L'Étoile Bleue avait invité le collectif Champ Libre à proposer au public "Le livre dont vous êtes le héros", un jeu de rôles grandeur nature, un roman collectif qui s'écrit le temps d'une soirée.

Déjouer des pièges mortels, triompher de créatures monstrueuses, répondre à des questions de culture générales, des épreuves variées adaptées aux plus téméraires, qui parfois cachent bien leur jeu sous des airs de mère de famille respectable : "Moi, je suis une casse-cou. Je vais sortir l'épée surtout. On ne l’a pas encore sortie" rigole cette spectatrice.

Une aventure collective fantaisiste portée par des comédiens exaltés : "Un livre, ce n'est pas que le stéréotype de la personne assise dans son fauteuil. Là, on voulait vraiment montrer que ça peut être quelque chose de vivant, d'incarné", explique le directeur du collectif Champ Libre, Charles Meillat.

Enthousiasmé par les aventures à venir, le public de cette nuit de la lecture avait choisi pour son héros le nom d'Hézugrostout le soporifique. Pas sûr qu'un vénérable auteur de livres aurait osé !