Les salariés de Castorama réclament leurs primes d’intéressement car le groupe va bien

Vous avez dû vous en rendre compte, un piquet de grève se tient tous les jours devant le magasin Castorama à Feytiat en zone sud de Limoges depuis le week-end dernier. Les salariés veulent une augmentation de leurs primes, car en ces temps de Covid, le groupe engrange des bénéfices importants.

Les salariés de Castorama Limoges-Feytiat ont débrayé tôt ce matin et réclament leurs primes d'intéressement.
Les salariés de Castorama Limoges-Feytiat ont débrayé tôt ce matin et réclament leurs primes d'intéressement. © DD

Des gilets fluorescents massés devant le magasin Castorama en Zone Sud de Limoges, des salariés en colère qui réclament « de la considération et un meilleur traitement » de la part de leur employeur. Plusieurs débrayages d’une heure quand les salariés le souhaitent, depuis samedi dernier. Ils sont une vingtaine sur 115 salariés que compte le Castorama en zone Sud à Feytiat. Pourquoi sont-ils si peu à se mobiliser ? « Faut pas oublier que certains sont en vacances ou arrêtés, donc le mouvement est beaucoup plus suivi qu’on ne le pense », rectifie David Dodier, délégué du personnel, membre du CSE et délégué syndical CGT 87.

L’accord d’intéressement de 2,4 en 2020 est passé à 1,6 en 2021 (presque 1 mois de salaire en moins) selon la CGT.
L’accord d’intéressement de 2,4 en 2020 est passé à 1,6 en 2021 (presque 1 mois de salaire en moins) selon la CGT. © DD

Castorama, en raison de la crise sanitaire a engrangé beaucoup de bénéfices rappelle le délégué syndical, (682 millions d’euros en bénéfice net pour le groupe Castorama-Brico dépôt, propriété de Kingfisher bricolage. Une hausse de chiffre d’affaires d’environ 7,2% en France pour l’année 2020 insiste la CGT, syndicat majoritaire au sein du groupe à Limoges). Kingfisher bricolage (Castorama – Brico dépôt) se porte très bien et « doit redistribuer ». 

En prime de participation, sur l’année de 2019-20, « on a reçu 0,26% sur le salaire, ce qui ne représente pas grand-chose. Pire en 2021, on a perçu quelques 0,19%, ce qui correspond pour un salaire moyen de 1600 euros brut, à seulement 320 euros de prime », se désole David Dodier.

Devant ses camarades, le délégué du personnel martèle que « ce n’est pas assez, car par le passé, on a déjà reçu des primes plus importantes plusieurs années de suite, et on ne comprend pas qu’aujourd’hui on nous donne des miettes alors que le groupe pourrait en donner davantage ».

A les écouter les salariés mobilisés à Castorama Limoges quand ils se comparent, ils se désolent. « Chez notre concurrent (Leroy Merlin pour ne pas le nommer), les salariés ont eu 2000 euros de prime de participation, vous voyez qu’on en est très loin », renchérit le délégué syndical. Toujours selon la CGT au sein du groupe « L’accord d’intéressement de 2,4 en 2020 est passé à 1,6 en 2021 (presque un mois de salaire en moins) ».

Un préavis de grève national a été lancé samedi 10 avril et c’est une grève illimitée « jusqu’à l’obtention d’une augmentation de salaire ou de primes plus importantes » insiste-t-on à Limoges.

Par ailleurs, rappelle le délégué syndical « chez nous les conditions de travail ne sont pas très bonnes, on a énormément de flux surtout en ce moment car les gens bricolent beaucoup. Et on n’a pas assez de personnel, et l’entreprise exige qu’on fasse plus à moyen constant, avec des salaires bas. »

Ce mouvement de grève national est révélateur d’un malaise profond chez les salariés, réitère la CGT car «  l’écart de salaire avec nos concurrents est flagrant, sur le bulletin il y a toujours un écart de 100 euros en moyenne pour un salaire de base ».

Devant le magasin Castorama en zone sud de Limoges, certains clients sont « sensibles à nos revendications, d’autres considèrent que ce n’est pas leur problème ».

Le service de presse de Castorama réagit à la suite de la publication de notre article.

Voici ci-dessous leur réponse :

« Chez Castorama, nous sommes soucieux de proposer des dispositifs de rémunération qui associent nos collaborateurs à la performance de l’entreprise. Ainsi en 2020, nos collègues ont touché en moyenne 16,7 mois de salaire. Soit une hausse de + 1,2 mois par rapport à 2019, qui reflète la progression de nos résultats opérationnels.

Concernant la participation, elle est le résultat d’un calcul réglementé qui tient compte des résultats fiscaux (et non opérationnels) des entités de Kingfisher en France ; ceux-ci s’étant quasiment maintenus par rapport à 2019. Chez Castorama, le bien-être de nos collaborateurs est une priorité. C’est pourquoi nous rappelons régulièrement à nos managers l’importance de prendre soin de toutes les équipes, qu’elles soient en magasin pour assurer le démarrage de la saison commerciale ou en télétravail. Nous remercions chacun d’entre eux pour leur engagement sans faille. »

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie grève social région nouvelle-aquitaine